Ecosse-France : des Bleus remaniés s'inclinent de peu pour leur premier match de préparation à la Coupe du monde

Les Bleus menaient largement à la mi-temps (21-3), mais ont encaissé un 22-0 fatal en seconde période, samedi à Murrayfield.
Article rédigé par Elio Bono, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Blair Kinghorn, ballon en main, lors du match face à la France, le 5 août 2023 à Murrayfield (Ecosse). (JANE BARLOW / MAXPPP)

Les Bleus commencent doucement leur préparation. Fortement remanié, le XV de France s'est incliné de peu en Ecosse (21-25), samedi 5 août à Edimbourg, pour son premier match de préparation à la Coupe du monde. Portés par leurs jeunes pousses, les Français menaient aisément à la pause (21-3), mais leur fougue a été éteinte par le retour des Ecossais, pourtant en infériorité numérique. Malgré cette fausse note, les Bleus ont rivalisé avec l'équipe type de l'Ecosse, qu'ils retrouveront samedi prochain.

En quelque sorte, ces Français ont versé dans l'anachronisme. Même habités par une haine de la défaite inculquée par Fabien Galthié, ceux-ci ont concédé un revers que l'on aurait jadis qualifié "d'encourageant". Un poncif hérité de ce temps révolu des années 2010, pré-Dupont, Ntamack et cie, où la France en venait à se contenter de perdre pourvu que l'écart demeurait moindre. L'important était alors de ne pas être plus ridicule contre des cylindrées mieux rodées et, en ce sens, le poncif sied pour qualifier la défaite française.

Des Bleus enjoués puis lessivés

Contre une équipe écossaise avec un match de préparation et 25 sélections en moyenne de plus par joueur, ce XV de France expérimental a en effet montré des velléités prometteuses 40 minutes durant. Celles-ci ont certes explosé en plein vol, lorsque les efforts consentis lors des entraînements à "haute intensité" ont rejailli, mais le ressenti global reste positif.

Portés par l'insouciance des jeunes Louis Bielle-Biarrey et Emilien Gailleton (20 ans), les Bleus ont pris d'entrée le score. Les deux bizuths se sont illustrés sur une merveille d'action au large, conclue par Baptiste Couilloud (12e, 3-7). Bielle-Biarrey, feu follet au casque rouge, a lui-même inscrit le deuxième essai, non sans une feinte de passe d'une facilité déconcertante (25e, 3-14). Aidé par le soutien involontaire mais bienvenu du pilier adverse Pierre Schoeman, Cameron Woki a matérialisé la domination des avants tricolores au près (40e, 3-21) et donné du relief à cette période quasi-parfaite.

Même à 14, l'Ecosse a haussé le ton

C'était avant le trou d'air physique français, accentué par le réveil écossais. D'une main, Darcy Graham a aplati un essai litigieux sur une passe au pied de Finn Russell (43e, 10-21), avant que Pierre Schoeman ne lui emboîte le pas, corrigeant sa bévue antérieure (54e, 17-21). Le XV du Chardon s'est refait la cerise pour de bon lorsque David Cherry s'est détendu dans l'en-but en sortie d'un maul (64e, 22-21). 

Pourtant amputé d'un élément après le carton jaune de Zander Fagerson (50e), transformé en rouge par les juges du bunker, le pack local a tenu bon jusqu'au bout, malgré les derniers assauts de Bleus qui n'ont pas été loin de doucher les Ecossais. "Encourageant", donc, d'autant que quelques-uns des 23 capés du soir risquent de rester à quai à l'annonce de la liste finale, le 21 août. Entre-temps, ils retrouveront l'Ecosse le 12 pour une revanche et défieront les Fidji le 19.

Découvrez nos grilles de mots mystères exclusives sur le thème de la Coupe du monde de Rugby

jouer maintenant

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.