Top 14 : Romain Ntamack, de l'enfer au paradis en quatre minutes pour offrir le Brennus à Toulouse

Auteur d'une grossière erreur à la 74e minute, l'ouvreur toulousain s'est ressaisi pour délivrer les siens, au terme d'une course folle de 50 mètres, samedi soir à Saint-Denis.
Article rédigé par Elio Bono, franceinfo: sport - Au Stade de France
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 2 min
Romain Ntamack célèbre l'essai de la victoire de Toulouse contre La Rochelle en finale du Top 14, le 17 juin 2023, au Stade de France. (FRANCK FIFE / AFP)

À quoi peut tenir un destin ? Quatre minutes avant d’offrir au Stade toulousain un 22e Bouclier de Brennus, samedi 17 juin contre La Rochelle (29-26), Romain Ntamack grimaçait. Son pied avait en effet tremblé, et il n'était pas parvenu à trouver une touche pourtant anodine dans les 22 mètres rochelais. La Rochelle menait 26-22, dans une finale que l'on lui pensait destinée, à la 74e minute. Son visage renfrogné est apparu sur les écrans géants et l'ouvreur semblait si seul dans sa peine que même les supporters rochelais éprouvaient, au fond d'eux, de la compassion. 

Dans les ultimes minutes de la rencontre, Romain Ntamack perce la défense jaune et noir pour inscrire l'essai de la gagne. Le Stade Toulousain repasse devant à 2 minutes de la fin du match ! Quelle finale.
Finale : Romain Ntamack inscrit l'essai de la victoire après une inspiration géniale Dans les ultimes minutes de la rencontre, Romain Ntamack perce la défense jaune et noir pour inscrire l'essai de la gagne. Le Stade Toulousain repasse devant à 2 minutes de la fin du match ! Quelle finale.

"Pour moi, la finale était finie" sur ce fait de jeu, a rejoué après coup l’intéressé sur France 2. Réconforté par "les 14 autres mecs sur le terrain", qui l’exhortent à "ne pas lâcher", Ntamack se ressaisit. Jusqu’à prouver, quelques secondes plus tard, que le costume de héros lui va mieux que celui de Calimero.

"La réponse de Romain est juste incroyable", l'a complimenté son arrière Thomas Ramos. Rembobinons le fil. A la 77e minute, Toulouse se casse les dents, comme durant toute la partie, sur la défense féroce de La Rochelle. Mais au terme d’une longue séquence de possession dans le camp adverse, le funambule Ntamack sort son plus beau numéro, au milieu d’une défense médusée.

"Un éclair de génie"

Son désarroi semble déjà loin lorsqu’il franchit le premier rideau maritime, profitant d’un surnombre sur les extérieurs pour repiquer sur son intérieur. Encore fallait-il, après 78 minutes d’un combat farouche, que ses jambes répondent à son envie de réparer l’affront et parcourent sans embûche les 50 mètres le séparant de l'en-but. Ntamack met les cannes, jusqu’à s’effondrer dans une terre promise qui a rarement aussi bien porté ce surnom. "Un éclair de génie, qui nous délivre alors qu’on était mal barrés", résume, en connaisseur, son acolyte Antoine Dupont.

Toute autre issue aurait franchement été injuste pour Ntamack, par ailleurs auteur d’une très belle finale. Il s’est ainsi employé pour frustrer les attaques rochelaises sur ses montées en pointe, menant par exemple au premier essai toulousain (23e), par Santiago Chocobares. On l’a également vu réussir un sauvetage de grande classe dans ses 22 mètres pour éviter un 50-22. Dans une partie extrêmement intense, le maestro a dicté sa partition sans fausse note. On en oublierait presque que, privé du rendez-vous en 2019 et 2021, il disputait sa première finale de Top 14 avec Toulouse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.