Top 14: Montpellier, ça coince toujours

Montpellier n'y arrive pas: même avec ses internationaux français, le MHR s'est incliné face à Bordeaux-Bègles (23-22) et reste englué en bas de tableau lors d'une 10e journée du Top 14 marquée par l'hommage à Christophe Dominici, décédé brutalement mardi.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Tauleigne échappe à deux Montpellierains (PASCAL GUYOT / AFP)

Sombre soirée pour Xavier Garbajosa. En larmes avant le match quand le visage de "Domi", son ancien compagnon de la ligne de trois-quarts du XV de France, est apparu au son d'"I will survive", l'hymne de la belle époque du Stade Français, l'entraîneur de Montpellier n'avait pas plus de raisons de sourire à l'issue de la rencontre. L'UBB s'est imposée sur le fil (23-22) dans l'Hérault grâce au Néo-Zélandais Ben Lam, auteur d'un essai décisif (77e) après un cadrage-débordement sur Arthur Vincent.

Montpellier se présentait pourtant sérieusement renforcé avec ses Bleus - Vincent Rattez, Arthur Vincent, Paul Willemse, Mohamed Haouas - de retour, ainsi que les Sud-Africains Jacques du Plessis et Johan Goosen. En l'absence d'Handré Pollard, toujours blessé, le staff a certes pris un risque en offrant une première titularisation au très jeune (18 ans) ouvreur Louis Foursans-Bourdette. Mais le reste de l'effectif a une expérience considérable.

"Le président et le directeur sportif prendront les décisions qui leur incombent et qui semblent les meilleures pour le club et l'équipe", a réagi Garbajosa. Pénalisé par les blessures, les doublons mais aussi les reports (3), le club de Mohed Altrad ne décolle pas (11e). Au contraire de l'UBB, qui glane une 4e victoire sur les 5 derniers matches, la deuxième à l'extérieur après Castres où, déjà, elle l'avait emporté au finish (30-29). L'équipe de Christophe Urios, 7e, recolle au top 6.

Le vent a soufflé fort à Toulon, sans emporter la tristesse présente sur les visages des anciens Parisiens Sergio Parisse et Julien Dupuy, désormais Toulonnais. Dominici avait effectué le chemin inverse en partant du Var, d'où il était originaire et où il a porté le maillot du RCT quatre saisons (1993-1997) afin de rejoindre le Stade Français. "Toulonnais à jamais", pouvait-on lire dans un stade Mayol en deuil.

Le match fut triste, lui aussi, et l'équipe de Patrice Collazo, partie avec Charles Ollivon sur le banc et le vent dans le dos, a su prendre assez d'avance en première période (15-0) avant de subir le retour des Béarnais en fin de match (18-13). Etriqué mais suffisant pour le RCT, solide 4e et qui suit ainsi le rythme des cadors rochelais, clermontois et toulousain, tous larges vainqueurs.

Des regrets pour La Rochelle

Du trio de tête, seul La Rochelle peut nourrir des regrets pour avoir laissé filer le bonus offensif dans les dernières minutes face à Brive (36-22). Mais avec 34 points, les Rochelais conservent une belle avance sur Toulouse (29 points), qui a surclassé Agen (63-18), et Clermont (28 points) qui a aussi fait le plein à Castres (40-14).

Outre ses neuf essais, Toulouse a enregistré un certain nombre de bonnes nouvelles. Replacé à l'ouverture en l'absence de Romain Ntamack, blessé, Thomas Ramos a montré par un slalom gagnant qu'il était toujours frais après un mois passé à Marcoussis. De retour de blessure, Cheslin Kolbe a commis une bourde sans conséquence avant de rattraper par un essai. Pour sa première en France, le deuxième ligne Thibaud Flament, recruté chez les Wasps, a également convaincu.

Pour Clermont, il y a aussi beaucoup de positif, notamment autour de Camille Lopez, auteur d'un sans-faute face aux perches (7/7) et d'un essai personnel pour un total de 23 points. De bon augure avant la Coupe d'Europe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Top 14

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.