Top 14 : le Stade Français veut renouer avec sa gloire d'antan et devenir le "Real Madrid" du rugby

Franceinfo vous propose un tour d'horizon des clubs du Top 14 de rugby avant la reprise du championnat samedi 25 août.

Jules Plisson, ouvreur du Stade Français.
Jules Plisson, ouvreur du Stade Français. (OLIVIER CORSAN / MAXPPP)

Licenciements de joueurs au beau milieu de l'été, à coup de gros chèques, d'autres recrutés, là encore en y mettant le prix, comme les internationaux Gaël Fickou et Yoann Maestri... Le Stade Français a fait sa révolution, après avoir assuré son maintien de justesse dans le Top 14 lors de la saison 2017-2018. Mais le propriétaire, Hans-Peter Wild, le martèle sans cesse : un club de la capitale n'a qu'une raison d'être, gagner.

"Nous avons besoin des meilleurs entraîneurs, des meilleurs joueurs, pour, à moyen terme, gagner le championnat", explique Hans-Peter Wild. "Et l'objectif, à plus long terme, c'est de devenir l'une des meilleures équipes du monde, à l'image du Bayern Munich, du Real Madrid ou de Manchester United en football." 

Préparation physique très poussée

Cette ambition ne remet pas en cause l'émergence de jeunes talents, qui est l'une des marques de fabrique du Stade Français ces dernières années, selon Pascal Papé, ancien joueur et actuel responsable du centre de formation. "Il faut sortir du monde des Bisounours, c'est le rugby professionnel, c'est comme ça", prévient-il.

Quoi qu'il en soit, les joueurs du Stade Français ont souffert tout l'été ensemble, sous la houlette du nouvel entraîneur sud-africain Heynecke Meyer, avec une préparation physique des plus poussées.