Top 14 de rugby : ça vous dit d'aller au stade les 23 et 31 décembre ?

Deux journées de championnat sont programmées à des dates plus propices au réveillon en famille qu'à la passion pour le ballon ovale. Résultat : les supporters risquent de bouder les tribunes. 

Le Stade du Roi Baudouin à Bruxelles, où un match entre le Stade Français et la province nord-irlandaise de l\'Ulster a été annulé, le 19 décembre 2009. 
Le Stade du Roi Baudouin à Bruxelles, où un match entre le Stade Français et la province nord-irlandaise de l'Ulster a été annulé, le 19 décembre 2009.  (JOHN THYS / AFP)

Le 23 décembre, si vous avez fini de préparer vos cadeaux de Noël, vous pourrez aller... voir un match de rugby. Comme l'an passé, la Ligue nationale de rugby (LNR) occupe au maximum l'espace médiatique laissé vacant par ces fainéants de footballeurs qui ont droit à une trêve. Mais rien à voir avec le Boxing Day du foot anglais, où les matchs sont programmés le 26 décembre. En France, les rugbymen du Top 14 joueront deux fois à l'approche du week-end.

L'an passé, avec une journée programmée le 29 décembre, un mercredi, le spectacle avait été au rendez-vous : 27 essais et une fréquentation boostée. D'où ce cocorico du président de la LNR, Pierre-Yves Revol, sur lequipe.fr : "Il y avait un côté festif à aller au stade à cette période de l'année." Mais en cette fin 2011, le calendrier propose deux journées de championnat les 23 et le 31 décembre. Juste avant des fêtes, des dates moins propices aux sorties dans les stades. 

Pas le choix, vu le calendrier chargé

La saison de rugby court du 27 août au 9 juin, soit 43 week-ends disponibles. Pour qu'ils puissent récupérer, il est conseillé que les sportifs ne jouent pas plus d'un match par semaine. Or, dans le cas des rugbymen les plus sollicités (ceux sélectionnés en équipe nationale et qui jouent dans une équipe engagée dans la Coupe d'Europe), le nombre théorique de matchs de la saison est de... 43 (29 de championnat, cinq avec les Bleus et neuf en Coupe d'Europe). Autrement dit, si une trêve est décrétée au moment des fêtes de fin d'année, ces joueurs devraient enchaîner, deux fois dans la saison, deux matchs par semaine. Pas vraiment une sinécure.

Les supporters pas forcément disponibles

Des supporters du Stade Toulousain lors d\'un match Toulouse-Newport, le 6 décembre 2008.
Des supporters du Stade Toulousain lors d'un match Toulouse-Newport, le 6 décembre 2008. (XAVIER DE FENOYL / MAXPPP)

Le calendrier de la LNR peut donc se justifier pour des raisons sportives. Reste que, du côté des supporters, les dents grincent. Ainsi, le 23 décembre à 19 h 30, le Stade Français reçoit Biarritz. Le Stade Français sera encouragé pour l'occasion par quelques supporters, pas plus, à en croire Delphine Gauthier, présidente de l'association de supporters Les Titis de l'Ovalie. "D'habitude, une affiche contre Biarritz attire du monde. Mais les Parisiens sont avant tout des provinciaux, et ils rentreront fêter Noël en famille. Ça m'étonnerait qu'il y ait plus de 3 000 personnes au Stade Charléty [dont la capacité est de 20 000 places]."

Idem pour le déplacement à Bordeaux, le 31 décembre dans l'après-midi : "Quelques personnes vont aller au stade pour soutenir le Stade Français, car elles sont en vacances dans la région, explique Delphine Gauthier, mais vraiment peu de gens par rapport à nos déplacements habituels. Le 31 dans l'après-midi, on a autre chose à faire qu'aller voir du rugby." 

La problématique n'est pas la même selon que le club se déplace ou reçoive. Fred Gravé, président du club de supporters du Biarritz Olympique Aupa BO, ironise : "On reçoit Toulon le 31 décembre à 16 h 15. Il y aura du monde, c'est une belle affiche. Et venir au match sera une façon de préparer le réveillon avant l'heure...  De toute façon, jouer pendant des week-ends de fête, c'est mieux pour les joueurs et les spectateurs que de jouer en semaine en janvier."

Une bonne opération de communication 

"La Ligue a raison de profiter pour mettre en avant le Top 14", estime Fred Gravé. Canal+ met les bouchées double, en programmant Toulouse-Bayonne le 30 au soir, puis en décrétant une journée spéciale rugby le 31 décembre, avec la retransmission des matchs Montpellier-Racing Metro et Biarritz-Toulon. "Cette histoire de Boxing Day à la française, c'est de l'habillage, mais la vraie raison est qu'il n'y a pas d'autre date disponible", estime Delphine Gauthier.

Le problème des journées de championnat le week-end va se poser avec acuité en... 2021. Cette année-là, Noël et le Nouvel An tomberont un samedi et, à moins de caser la journée de Top 14 un dimanche, les stades pourraient sonner creux. Sauf si d'ici là, on ait enfin réussi à alléger le calendrier.