Tournoi des Six Nations : les 4 moments où le XV du Trèfle a joué de malchance à Cardiff face au pays de Galles

Dans son premier match du Tournoi des Six Nations 2021, l'équipe d'Irlande a enregistré une première défaite, à Cardiff, au pays de Galles (16-21). Un revers qui s'explique en très grande partie par quatre événements, quatre coups de malchance pour le XV du Trèfle.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Le demi d'ouverture du XV du Trèfle, Jonathan Sexton, sorti après avoir été touché à la tête à Cardiff le 7 février 2021 (GEOFF CADDICK / AFP)

14e minute : Peter O'Mahony exclu

C'est l'un des joueurs les plus expérimentés de l'équipe d'Irlande. Peter O'Mahony, l'homme de Cork et du Munster, a 32 ans et 75 sélections au compteur. Le 3e ligne est un combattant, un joueur de devoir, un poison pour l'adversaire. Il n'aime rien tant que pourrir les sorties de balle adverses, en faisant acte de filouteries au besoin.

Mais à la 14e minute de la rencontre à Cardiff dimanche 7 février, O'Mahony a craqué. En retard sur un ruck, il se lance dans un déblayage sur le pilier Tomas Francis. Wayne Barnes n'y trouve rien à redire dans un premier temps, la vidéo si. Son épaule percute le visage du Gallois, le carton rouge est automatique. Il y a quelques temps de cela, il serait sans doute intervenu un peu plus tôt, et son déblayage aurait pu être licite. Pas cette fois. Le XV du Trèfle a début son long chemin de croix à 14 contre 15 pour un total de 70 minutes.

24e minute : James Ryan blessé et remplacé

Il ne fait pas partie des vieux grognards irlandais, mais James Ryan est déjà un cadre de l'équipe. À seulement 24 ans, le joueur du Leinster compte la bagatelle de 33 sélections, un titre de champion d'Europe avec son club et un Tournoi à son palmarès. Depuis sa première apparition en juin 2017, il n'a été remplaçant qu'à trois reprises, lors de ses trois premières capes.

C'est dire l'importance prise par ce joueur de 2.03 m. Mais dix petites minutes après l'exclusion d'O'Mahony, Andy Farrell, le sélectionneur de l'Irlande, a dû faire sans lui. Touché, il est remplacé par Iain Henderson, autre cadre de la deuxième ligne, aux 59 capes. Un changement précoce qui a pesé.

70e minute : Jonathan Sexton sort, touché à la tête

C'est une scène qui se répète. Depuis quelques années, il est même difficile de compter le nombre de fois où Jonathan Sexton s'est trouvé au sol, plus ou moins K.O. Mais désormais, les commotions sont surveillées de très près dans le sport en général, et le rugby en particulier. À la 70e minute, son crâne est venu heurter le genou d'un Gallois, venu le plaquer.

Le joueur du Leinster s'allongeait, inerte, et le jeu se poursuivait. Auteur de 8 des 13 points de son équipe à ce moment-là, et gestionnaire du jeu irlandais, l'ancien du Racing devait abandonner les siens. En fonction du protocole commotion qu'il a passé, il pourrait devoir observer un temps de repos, qui pourrait l'empêcher de jouer contre les Français dimanche prochain. Pire encore, il a surtout manqué aux siens sur le dernier coup de pied du match, qui aurait pu tout changer.

84e minute : Billy Burns rate la "pénaltouche" qui pouvait offrir l'essai de la victoire

Le remplaçant de Sexton porte le nom de Billy Burns. Demi d'ouverture de l'Ulster, il est loin d'avoir l'expérience de son aîné. À 26 ans, il ne fêtait là que sa quatrième sélection. Et quand, à force de courage, d'abnégation, les Irlandais ont obtenu une pénalité dans les arrêts de jeu, à 40m de l'en-but gallois, il obtenait là l'occasion de taper en touche, pour obtenir un dernier ballon toute proche de la ligne d'essai.

Un essai et c'était le match nul, une transformation en plus la victoire. L'enjeu était là, la pression énorme. Trop forte sans doute pour lui, qui tentait de trouver la meilleure touche possible. Mais son coup de pied finissait sa course dans l'en-but, en ballon mort. Pas de touche, pas d'ultime occasion de remporter la victoire, match terminé, espoirs envolés. Le dernier coup du sort contre les Irlandais. Comme un coup de pied de l'âne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Six nations

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.