Tournoi des Six Nations : le XV du Chardon ne manque plus de piquant en défense

Les Bleus devront marquer au moins quatre essais et s'imposer de plus de 20 points contre l'Ecosse vendredi pour remporter le Tournoi des Six Nations. Problème: le XV du Chardon se repose depuis l'an dernier sur la meilleure défense d'Europe.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'équipe d'Ecosse regroupée le 13 février 2021

On pouvait encore joyeusement siffler des pintes dans les pubs de Glasgow et d'Edimbourg, sans masques ni gestes barrières, la dernière fois que les Ecossais se sont inclinés sur une telle marge.

C'était en septembre 2019. Le coronavirus n'avait pas encore mis le monde sous cloche et les joueurs de Gregor Townsend, corrigés 27-3 par l'Irlande, rataient complètement leur entrée dans la Coupe du monde. Ils en sortaient sans gloire quelques semaines plus tard, dès la phase de poules, après avoir encore encaissé quatre essais contre le Japon (28-21), pays organisateur.

Un Gallois pour la défense de l'Ecosse

Un échec à l'origine d'une large refonte de l'encadrement écossais. Townsend y a survécu, mais il s'est entouré depuis de nouvelles têtes, dont celle, dégarnie comme la sienne, du technicien gallois Steve Tandy. Ce dernier sortait, lorsqu'il a été débauché fin 2019 par la Fédération écossaise, d'une saison dans le Super Rugby, en tant qu'entraîneur de la défense de la franchise australienne des Waratahs, après avoir longtemps officié sur le banc des Ospreys au pays de Galles.

Son impact a été immédiat en Ecosse. Surtout tributaire les années précédentes des fulgurances offensives de Finn Russell ou Stuart Hogg, le XV du Chardon a retrouvé du piquant en défense dès le Tournoi 2020: il n'a encaissé que 59 points et cinq essais en cinq matches, avec le plus haut taux de plaquages réussis (92,5%).

"Une question de confiance"

"Ce n'est qu'une question de confiance", avait-il modestement répondu l'automne dernier pour expliquer cette métamorphose. "Il y a de très bons défenseurs dans cette équipe. Il fallait juste prendre un peu confiance, changer l'état d'esprit et réaliser à quel point défendre est important".

Les statistiques lui sont à nouveau flatteuses cette année. L'Ecosse compte jusqu'ici la meilleure défense du Tournoi 2021, avec 68 points et sept essais concédés en quatre matches (76 points et sept essais pour la France).

Le XV du Chardon a notamment dressé ses épines pour signer lors de la première journée une victoire historique en Angleterre (11-6) au terme d'un "chef d'oeuvre défensif", selon l'ancien ouvreur irlandais Ronan O'Gara.

"Chapeau bas à Steve Tandy", avait alors tweeté l'entraîneur de La Rochelle. "J'aimerais bien savoir depuis quand l'Angleterre n'avait plus marqué que six points à Twickenham". Ce n'était plus arrivé depuis plus d'une décennie, et même si les Ecossais ont vu les Gallois aplatir à quatre reprises la semaine suivante à Murrayfield (défaite 25-24), ils doivent surtout cette "rechute" à un carton rouge qui leur a coûté cher en fin de match.

20 points d'écart, un objectif difficile 

Le XV de France a eu à deux reprises l'occasion d'apprécier leurs progrès défensifs depuis la Coupe du monde: lors de son seul revers dans le Tournoi l'an dernier (28-17), puis en Coupe d'automne des nations pour une victoire (22-15) ponctuée d'un seul essai, de Virimi Vakatawa.

L'ancien deuxième ligne Fabien Pelous, qui jouait à une époque où les Ecossais étaient encore de braves souffre-douleur, estime, dans un entretien à l'AFP, que les Bleus ont "une telle qualité technique et individuelle" qu'ils parviendront cette fois à en marquer au moins quatre essais. "Maintenant, arriver à ne pas en prendre pour avoir 20 points d'écart, ça, j'en suis moins sûr".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.