Tournoi des Six Nations : Jalibert confirmé à l'ouverture pour affronter l'Angleterre

Fabien Galthié et Raphaël Ibanez ont dévoilé la liste des 23 joueurs qui se rendront à Twickenham, samedi 13 mars, pour y affronter l'Angleterre lors de la quatrième journée du Tournoi des Six Nations (match à suivre en direct sur France 2 et France.tv à 17h45). Comme pressenti, Matthieu Jalibert, fort de ses dernières prestations, a été confirmé au poste d'ouvreur au détriment du revenant Romain Ntamack.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Fabien Galthié a maintenu sa confiance en Matthieu Jalibert pour affronter l'Angleterre (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Fabien Galthié joue la sécurité. Pas de risque au moment d'affronter l'Angleterre. Fidèle à ses principes qui placent le jeu au dessus des joueurs, il a maintenu sa confiance à Matthieu Jalibert, très convaincant depuis le début du Tournoi, plutôt que de prendre le risque d'aligner en 10 Romain Ntamack, l'habituel titulaire, mais qui revient de deux mois de blessure à la mâchoire. "Romain n'a qu'un match dans les jambes avec Toulouse", a justifié le sélectionneur. "Matthieu, lui, est sur une bonne dynamique, il a su répondre à toutes nos attentes. C'est donc un choix logique sur la forme du moment et sur l'enchaînement des matchs". Le joueur de Bègles-Bordeaux (22 ans) enchaînera donc à Twickenham son sixième match de suite à l'ouverture.  Le bail se prolonge...

Taofifenua reprend du galon

L'autre revenant, Virimi Vakatawa, retrouvera quant à lui sa place au centre après sa blessure au genou. Sur les ailes, Galthié a associé sans surprise Teddy Thomas et Damian Penaud, en l'absence de Gabin Villière, blessé à une main et indisponible pour le reste du Tournoi.

Devant, l'encadrement des Bleus avait le choix pour remplacer Bernard Le Roux, forfait. Il s'est porté sur Romain Taofifenua.  "Il a participé à toutes les séances de préparation et connait parfaitement notre organisation", a déclaré Galthié. "Romain s'intègre parfaitement à la cohésion du projet" a poursuivi le sélectionneur qui, en ne retenant que deux arrières pour six avants dans les finisseurs, a confié qu'il misait beaucoup "sur la polyvalence de ses joueurs" pour combler ce déséquilibre.

Comme l'a regretté Raphaël Ibanez en fin de conférence, les questions ont plus porté sur la gestion de l'éclatement de la bulle sanitaire autour du XV de France que sur sa composition. "On a eu tout de même quelques questions sur le rugby", a-t-il souri. Questionné auparavant sur l'état physique et mental des Bleus après cette crise, il avait tenu à affirmer que la situation était bien en mains : "Faites-nous confiance pour manager ce groupe. Les joueurs sont solides et surtout extrêmement motivés". 

Fabien Galthié s'est quant à lui montré assez sobre dans ses réponses portant sur cet épisode. "Tout est dans le rapport", s'est-il souvent borné à répéter, insistant sur le fait que l'encadrement comme les joueurs avaient respecté le protocole. "Nous sommes très populaires, donc très exposés, et on se doit de comprendre et d'accepter les critiques" a-t-il toutefois admis.

-

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Six nations

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.