Tournoi des Six Nations : Grégory Alldritt, le bélier qui permet au XV de France d'avancer

Comme souvent depuis qu'il est titulaire en Bleu, Grégory Alldritt a servi de bélier pour enfoncer les défenses adverses. Celle de l'Irlande, constamment mise sur les talons par les charges du troisième ligne centre, n'a pas fait exception dimanche 14 février à Dublin (13-15). Face au Trèfle, le Rochelais, dans son style rectiligne, a encore ouvert la voie aux siens... et à une possible victoire dans le Tournoi.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Toute la puissance de Grégory Alldritt dans cette charge face à l'Irlande (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Cela ne surprendra personne. Né le 23 mars, Grégory Alldritt est né sous le signe zodiacal du bélier. Pas besoin d'être féru d'astrologie pour remarquer que, dans le jeu, les similitudes entre l'animal et le numéro 8 français sautent aux yeux. Le bovidé comme le Gersois ne s'embarrassent pas de fioritures. Ils foncent dans le tas et, éventuellement, ils discutent ensuite. C'est pour cette capacité à casser les lignes que le berger Galthié a appelé Alldritt il y a à peine un an. Depuis cette date, le cheptel n'a jamais eu à le regretter. 

Tête baissée pendant 80 minutes mais tête haute au coup de sifflet final. Grégory Alldritt peut, encore une fois, être fier de son match. Le numéro 8 français, qui était opposé à une référence mondiale du poste en face, un certain CJ Stander, n'a pas eu à rougir de la comparaison. Au contraire, c'est lui qui a mis son vis à vis au supplice sur chaque charge, sur chaque ballon gratté dans les rucks. En difficulté dans les airs, comme tous ses partenaires de l'alignement en touche, le Français s'est parfaitement racheté en ouvrant des brèches béantes dans le champ du Trèfle. 

Une panoplie qui s'élargit

Avec 99 mètres dans les cannes au compteur, le Rochelais est, de très loin, le Français qui a parcouru le plus de terrain ballons en mains (le 2e, Julien Marchand, en a effectué 36 de moins). S'il n'avait pas son mètre 91 et ses 115 kilos à traîner, Alldritt, par sa gestuelle, pourrait même parfois faire penser à un ailier : 2 passes après contact, 4 plaquages cassés, le troisième ligne a clairement étoffé son registre. "J'ai encore un jeu trop rectiligne", regrettait-il dans une interview à Rugbyrama. "J'aimerais le développer avec plus d'offloads, plus de terrain couvert". Le chantier est visiblement en cours...

Si Brice Dulin a été élu homme du match, Grégory Alldritt pouvait lui aussi postuler. Mais les votants ont peut-être voulu varier un peu les plaisirs, sachant que le Rochelais avait déjà reçu trois fois cet honneur lors du dernier Tournoi ! C'est dire l'omnipotence du Gersois dans le système tricolore. Et dire que ce joueur, il y a encore quatre ans, évoluait encore à Auch en Fédérale 1. Désormais, il fait partie intégrante de la fameuse colonne vertébrale (8-9-10-15) du XV de France où, de son poste de sentinelle, il peut observer les progrès flagrants de son équipe. Notamment dans la gestion des rencontres.

"Ce match-là, on aurait très bien pu le perdre il y a un an", remarquait-il après la victoire à l'arraché contre l'Irlande. "On voulait répondre présent et on n'a rien lâché". A 23 ans, Alldritt parle déjà comme un vieux guerrier qui en a vu d'autres. Signe de maturité et d'une parfaite intégration dans le groupe France. A ce rythme -là, le bélier n'a pas fini de mener son troupeau. 

-

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Six nations

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.