Six Nations : Victorieuse en Italie avec le bonus, l'Angleterre contraint la France à l'exploit

Large vainqueur de l'Italie au Stadio Olimpico de Rome (34 à 5), l'Angleterre a rempli sa mission : s'imposer avec la manière, et surtout avec le bonus offensif. Longtemps brouillons en première période, les vice-champions du monde ont écrasé l'Italie en seconde et inscrit 5 essais, avec notamment un doublé de Ben Youngs. Avant le choc France-Irlande, l'Angleterre prend la tête du tournoi. Pour remporter le Tournoi, la France devra battre l'Irlande avec un bonus offensif et 31 points d'écart.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)

Mission accomplie pour le XV de la Rose. Sur la pelouse de Rome, les Anglais avaient un objectif : pulvériser l’Italie pour s’offrir une victoire large agrémentée du bonus offensif, et ainsi prendre leurs distances sur la France et l’Irlande qui s’affrontent à 21h. Vainqueur 34 à 5, l’Angleterre a rempli sa part du contrat, sans trembler, malgré une première période pas franchement aboutie. La faute au XV d’Italie qui a d’abord bien résisté avant de totalement s’écrouler en seconde période. La Squadra Azzura termine ce tournoi avec une nouvelle cuillère de bois, à la dernière place. 

Eternel Ben Youngs

Reconduit à la tête du XV de la Rose avec pour mission de régénérer le groupe en vue du Mondial 2023, Eddie Jones avait cette fois opté pour des valeurs sûres avec onze finalistes de la dernière coupe du monde titulaires sur la pelouse de Rome pour affronter l’Italie. Du côté des Italiens, on rêvait simplement de prendre ne serait-ce qu’un point pour éviter une nouvelle cuillère de bois. Et le début de match n’avait pas de quoi les rassurer, puisque les Anglais entamaient la partie en mode rouleau compresseur avec un essai de Ben Youngs d’entrée (4e). Idéal pour fêter sa 100e sélection. 

Après avoir transformé l’essai, Owen Farrell tapait une nouvelle pénalité face au poteau, que les Anglais auraient pu jouer pour aller chercher l'essai. Mais leur but était clair : prendre le plus de points possibles, le plus vite possible. Après 12 minutes, ils menaient déjà 10 à 0. Pourtant, ce début de match canon a tourné au pétard mouillé, les vice-champions du monde devenant étonnamment maladroits et imprécis, à l’image de Sinckler, auteur d’une faute de main qui offrait un essai aux Italiens. Jake Polledri en profitait (5-10, 17e) sans que Garbisi ne transforme. Dans la foulée, le match perdait en intensité pour gagner en tension, les Italiens se faisant un malin plaisir à chambrer les Anglais sur chaque perte de balle. Réduit à dix après le carton jaune sévère de Hill, le XV de la Rose peinait à reprendre la main et regagnait les vestiaires avec 5 petits points d’avance. Loin des ambitions affichées.

Alors au retour sur la pelouse, les Anglais ont remis les pendules à l’heure. D’emblée, Ben Youngs s’offrait un doublé sur une belle percée, suite à une chandelle de Violi contré par Hill, qui se rattrapait ainsi de son carton jaune, lui qui honorait sa première sélection. Avec son deuxième essai de la partie, le numéro 9 anglais redonnait de l’air aux siens, aidé par la transformation de Farrell (17-5, 41e). Et cette fois, les Anglais ne baissaient pas leur garde. Dix minutes plus tard, après un gros travail des avants, George aplatissait en force (24-2, 51e). Finalement, c’est peu après l’heure de jeu que l’Angleterre atteignait son but : le bonus offensif, grâce au quatrième essai de Curry (29-5, 67e). Inarrêtable, la machine anglaise roulait sur une Italie impuissante. Slade venait donner encore un peu plus d’ampleur au score (34-5, 71e), mais l’essentiel était fait pour les Anglais, vainqueurs de l’Italie, et en très bonne posture pour la victoire finale avant le France-Irlande à 21h. 
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Six nations

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.