Cet article date de plus d'un an.

Six Nations 2023 : pourquoi Anglais et Ecossais ont-ils porté des maillots floqués à leur nom ?

Quinze ans après les Gallois, les rugbymen anglais et écossais ont arboré des maillots floqués à leurs noms, samedi, à l'occasion de la première journée du Tournoi 2023.
Article rédigé par franceinfo: sport, Gabriel Joly
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le maillot de l'Anglais Ollie Hassell-Collins floqué à son nom lors du match des Six Nations entre le XV de la rose et l'Ecosse, le 4 février 2023. (GLYN KIRK / AFP)

Un petit événement dans le monde de l'ovalie. Le XV du Chardon s'est imposé pour la deuxième fois au XXIe siècle à Twickenham (29-23), samedi 4 février, mais cette rencontre du Tournoi 2023 entre l'Angleterre et l'Ecosse est devenue historique pour une autre raison. Il s'agit en effet de la première fois que deux équipes disputent un même match des Six Nations avec des maillots floqués au nom de leurs joueurs (les Gallois avaient toutefois déjà arboré des tuniques nominatives en 2008). Mais pourquoi une telle innovation ?

Si les valeurs collectives du rugby ont longtemps freiné cette pratique, les fédérations des deux nations tentent un coup marketing depuis la dernière tournée d'automne. Le XV du Chardon avait été le premier à se lancer, face à l'Australie, le 29 octobre.

Les Anglais lui ont emboité le pas quelques jours après. L'objectif est de "promouvoir davantage nos joueurs internationaux de classe mondiale et de rapprocher les fans des stars de notre jeu", avait d'ailleurs expliqué Bill Sweeney, président de la Fédération anglaise dans un communiqué, lorsque le XV de la Rose avait affiché cette particularité face à l'Argentine (défaite 30-29), le 5 novembre dernier.

Mais il semble difficile pour les fédérations de véritablement miser sur cet artifice pour faire connaître leurs joueurs. Contrairement aux numéros des footballeurs qui restent fixes toute la saison, ceux des rugbymen dépendent des postes qu'ils occupent sur le terrain. Or, les joueurs sont susceptibles de changer de position d'un match à l'autre. "Je préfère le coté impersonnel des numéros, que les individualités ne soient pas trop mises en avant par rapport à l'équipe", déclarait justement l'international français U20 Maxime Baudonne à L'Equipe. Un nouveau combat entre modernité et tradition ?

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.