Cet article date de plus d'un an.

6 Nations : Où est passée la défense du XV de France ?

Il y a une semaine, le XV de France s'appuyait sur une défense infranchissable pour faire plier l'Angleterre, vice-championne du monde (24-17). En ce lundi matin, au lendemain du succès brouillon face à l'Italie (35-22), les observateurs ont plus de questions que de certitudes sur ce secteur.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Dimanche, au coup de sifflet final, pendant que les Tricolores se congratulaient, un membre du staff affichait au contraire la mine des mauvais jours. En charge de la défense, Shaun Edwards n'a visiblement pas apprécié la prestation du XV de France. Celui qui a permis au pays de Galles de bâtir l'une les meilleures défenses du monde lors de la dernière décennie, a sans doute compris qu'il avait encore du pain sur la planche avec ces jeunes joueurs.

Le constat est sans appel : 23 plaquages ratés par les Bleus, soit plus du double d'une moyenne classique pour un match de haut niveau. Sans oublier les trois essais encaissés par l'équipe considérée comme la moins forte du Tournoi, les chiffres parlent d'eux-mêmes… Alors que l'on s'attendait à une confirmation, la France n'a pas brillé. Et inutile de rappeler que ces mêmes Italiens avaient encaissé un terrible 42-0 par les Gallois.

Retour en arrière

L'agressivité affichée face à ces Italiens n'avait plus rien à voir avec celle face au XV de la Rose. Le manque d'application de certains joueurs en défense -comme le reconnaît lui-même un Teddy Thomas- a également fragilisé la "rush defence" de Shaun Edwards. Sans non plus être en mesure de casser les lignes françaises, la Squadra Azzura n'a pas été suffisamment freinée lors de ses phases offensives. Ce qui avait été la clé de la réussite face aux Anglais est devenu la grande déception de cette rencontre.

Il y a en revanche un point commun avec dimanche dernier, voire, avec les dix dernières rencontres du XV de France : la deuxième période. Les fautes de concentration, les errements défensifs des Français en fin de rencontre ont permis aux Italiens d'entretenir l'espoir. "On a fait plein d'erreurs, en défense notamment", reconnaît volontiers Julien marchand. "C'est ce qui nous a coûté ces essais. Il faut vraiment qu'on se reconcentre pour la suite, pour le match qui va arriver au pays de Galles", a ajouté le talonneur qui assure toutefois qu'il n'y a "rien d'inquiétant". Les Bleus ont deux semaines pour corriger le tir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Six nations

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.