L'Australie et la Nouvelle-Zélande ne changent (presque) rien avant la finale

La finale de la Coupe du monde de rugby mettra aux prises deux voisines, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, samedi. Les deux équipes ont dévoilé leur composition ce jeudi. Pas de surprises côté effectifs, un seul changement a été annoncé au sein de l'équipe australienne.

(La Nouvelle-Zélande conservera-t-elle son titre samedi soir en finale du Mondial de rugby ? © REUTERS/Henry Brown)

C'est bientôt la fin d'une compétition qui a débuté il y a déjà un mois et demi déjà : la Coupe du monde de rugby livrera son verdict samedi soir (17h). Pas de surprises côté effectifs pour ce match. Un seul changement a été annoncé jeudi au sein de l'équipe australienne : le pilier Scott Sio, qui était blessé, retrouve une place de titulaire. Israel Folau et Matt Giteau, deux joueurs-clés, sont eux aussi rétablis, a confirmé le sélectionneur australien Michael Cheika.

Aucun changement à signaler chez les All Blacks. Toutes les stars de l'équipe seront présentes sur la pelouse de Twickenham : Richie McCaw, Dan Carter ou encore Ma'a Nonu, dont ce sera le dernier match sous le maillot de la Nouvelle-Zélande. 

A LIRE AUSSI ►►► Mondial de rugby : la Nouvelle-Zélande, tenante du titre, s'offre une nouvelle finale

(Composition équipe)

Une finale entre voisins qui se respectent

Pas de petites phrases, ni de provocations dans la presse cette semaine. Le langage est feutré et respectueux entre ces deux voisins qui se connaissent très bien et qui se respectent, s'affrontant deux fois par an dans le Four Nations, le grand tournoi de l'hémisphère sud, avec des styles de jeu bien identifiés et au tempérament offensif. Souvent, les finales de Coupe du monde sont fermées, sans beaucoup d'essais, cela devrait, a priori, ne pas être le cas samedi.

A LIRE AUSSI ►►►Coupe du monde de rugby : l'Australie domine l'Argentine 29 à 15 et file en finale 

Les confrontations entre l'Autralie et la Nouvelle-Zélande donnent presque toujours des matchs spectaculaires, comme l'été dernier : une victoire partout et, à chaque fois, beaucoup de spectacle sur le terrain. 

Le match ne passionne pas vraiment les Anglais

A la une des pages sports des quotidiens nationaux : José Mourinho, l'entraîneur de Chelsea dans la tourmente, les démêlés de Michel Platini et de Sepp Blatter... Clairement, le rugby passionne moins, les Anglais ayant été éliminés avant les phases finales. Finis les cahiers spéciaux de quinze pages dans les kiosques ! 

Néanmoins, plusieurs articles présentent les All Blacks comme les grands favoris de la finale, et certains observateurs s'attardent sur l'Argentine, impressionnante tout au long de la compétition et qui disputera la finale pour la troisième place vendredi soir contre l'Afrique du Sud.