Cet article date de plus de trois ans.

Guy Novès contesté : "Il faut que le rugby français évolue dans sa totalité, il faut faire un grand plan Marshall"

Pour le consultant rugby de franceinfo et ancien joueur du XV de France, Guy Accoceberry, il faut "un grand plan Marshall. On en parle depuis plusieurs années, mais il faut que le rugby évolue dans sa totalité".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Guy Novès, le 25 novembre 2017. (FRANCK FIFE / AFP)

Sa nomination à la tête du XV de France avait suscité beaucoup d'espoir. Deux ans plus tard, Guy Novès devrait être limogé, après les mauvais résultats de l'équipe de France de rugby. Guy Novès, c’était dix titres de champion de France, quatre coupes d’Europe avec le Stade toulousain.

Aujourd’hui avec les Bleus, c’est 14 défaites en 22 matchs officiels. Interrogé sur franceinfo, Guy Accoceberry, consultant rugby de la chaîne, et ancien joueur du XV de France, estime que remplacer Guy Novès n'est pas une mauvaise chose. "Ce n'est pas simplement le remplacement d'un seul homme qui fera bouger les choses, il faut que le rugby évolue dans sa totalité" estime t-il.

franceinfo : Comment expliquez-vous que l’entraîneur le plus titré du rugby français ait échoué à ce point à la tête du XV de France ?

Guy Accoceberry : Il y a plusieurs paramètres. Le premier, c’est qu’il a repris une équipe de France qui partait de très, très loin. Le deuxième, c'est qu'on avait pris beaucoup de retard sur les autres nations. Il était donc difficile, en deux ans, de combler ce retard. Guy Novès est arrivé, en partie, parce que l’équipe de France avait pris 60 points de retard contre les All Blacks. Aujourd'hui, quand on joue contre eux, on perd de moins de 60 points.

On peut dire qu'il a un peu amélioré les choses. Est-ce qu’il aurait fallu lui laisser sa chance ?

En temps normal, je pense que Guy Novès serait allé jusqu’à la Coupe du monde 2019 au Japon. Il y a quand même eu un évènement récemment, c’est l’organisation de la Coupe du monde par la France en 2023. Et si on veut être champion du monde, il faut se mettre au travail dès maintenant. Ça ne se fera pas en six mois. Il reste six ans, le temps de rattraper les autres nations. Je pense que le moment est bien venu. Mais ce n’est pas le remplacement d’un seul homme, il faut faire un grand plan Marshall. On en parle depuis plusieurs années mais il faut que le rugby évolue dans sa totalité.

On parle beaucoup de Jacques Brunel, qui succèderait à Guy Novès, c’est un bon choix d’après vous ?

Il a de l’expérience à l’international, il a entraîné en 2007 avec Bernard Laporte, c’est un point positif. Si c’est juste Jacques Brunel qui remplace Guy Novès, ça ne changera pas grand-chose. Ce qui me paraît intéressant, c’est de prendre les compétences de l’un et de les associer aux compétences d’autres techniciens.

Quelles sont les raisons profondes de la crise que traverse le monde du rugby français ?

C’est un fonctionnement global. On en parle depuis plusieurs années, le Top 14 ne fait pas de bien à l’équipe de France. La formation française, depuis une dizaine d’années, est très moyenne. Pendant de nombreuses années, on est resté sur un rugby dépassé. On arrive en finale presque par un petit miracle ! En 2011, on n’a pas évolué. Même système de fonctionnement et en 2015, on a pris une fessée contre les All Blacks. On a commencé à réagir en 2015 en nommant Guy Novès, on a fait une petite révolution. Là, c’est une grande révolution qu’il faut faire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.