Cet article date de plus de deux ans.

France féminines : Le processus de professionnalisation se précise

Cet été, la Fédération française de rugby l’avait annoncé : les joueuses du XV de France allaient devenir semi-professionnelles. Depuis, quelques détails ont été définis.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (PAUL ELLIS / AFP)

Proposer à 26 joueuses internationales à XV un contrat fédéral à mi-temps, tel était la décision prise par la Fédération française de rugby lors de son dernier Comité Directeur le 28 juin. « Une très bonne nouvelle » dont s’était réjouie l'internationale française  Marjorie Mayans sur notre site. Selon les informations du Monde daté de vendredi, ces rugbywomen devraient changer de statut cet automne. Si la liste – restreinte – des élues n’a pas encore été communiquée, le quotidien croit savoir qu’un salaire « inférieur à 1600 euros net par mois, pour la saison en cours, hors primes de résultats » serait versé aux représentantes du maillot tricolore.

Le contrat entre la FFR et les joueuses n’étant pas exclusif, une autre activité (étude ou métier) peut être menée en parallèle. Cependant, Céline Ferrer ne manquait pas de souligner, pour France TV Sport, que « cela va permettre des horaires aménagés pour s’entretenir chez soi avec de la préparation externalisée et augmenter la charge de travail. » La mise en place de cette semi-professionnalisation doit permettre aux Bleues une meilleure préparation de la Coupe du monde (3e de la dernière édition), dont la prochaine se déroulera en Nouvelle-Zélande en 2021.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de rugby

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.