Coupe du monde de rugby : le Pays de Galles vainqueur surprise en Angleterre

En cas de défaite le week-end prochain contre l'Australie, le pays hôte sera éliminé de sa compétition. 

Les joueurs du Pays de Galles fêtent la victoire sur le terrain de l\'Angleterre, le 26 septembre 2015 à Twickenham (Londres). 
Les joueurs du Pays de Galles fêtent la victoire sur le terrain de l'Angleterre, le 26 septembre 2015 à Twickenham (Londres).  (ADRIAN DENNIS / AFP)

Bien peu d'observateurs avaient prédit ce coup de tonnerre. Le XV de la Rose a été battu dans son antre de Twickenham, dans sa Coupe du monde, par une intrépide équipe galloise (28-25) samedi 26 septembre. Les Anglais sont dans l'obligation de remporter leur prochain match contre l'Australie, le 3 octobre, sous peine d'être éliminés. Voilà ce qu'il faut retenir de la rencontre. 

Les Anglais impuissants et indisciplinés

Qu'est-ce qui a manqué aux Anglais dans ce match ? Dans le jeu, ils n'ont pas montré grand chose, hormis sur l'essai de Jonny May, mais c'était voulu pour mieux contenir les Gallois en défense. C'est là où ils ont péché, en concédant 12 pénalités, contre seulement 10 pour leur adversaire du soir. L'adresse diabolique de l'ouvreur gallois Dan Biggar a maintenu le XV du Poireau dans le match à un moment où il était tout près de lâcher. Et en fin de match, sur une de leurs rares occasions, ils ont su inscrire l'essai décisif. 

Le sélectionneur anglais Stuart Lancaster s'accroche à un petit espoir : le parcours des Bleus en 2011. 

Le Pays de Galles décimé mais vaillant

Déjà privés de leurs deux meilleurs joueurs, Halfpenny et Webb, les Gallois ont encore laissé trois joueurs sur le carrreau :  le centre Scott Williams (genou), l'ailier Hallam Amos (épaule) et l'arrière Liam Williams, qui pourraient bien rater la fin de la Coupe du monde. N'empêche, les joueurs de Warren Gatland ont réussi à imposer leur incroyable défi physique, et ça a payé dans les dix dernières minutes avec l'essai de Gareth Williams. "C'est la plus belle victoire galloise que j'ai jamais vue", s'est enthousiasmé sur Twitter l'ancien capitaine gallois Martyn Williams. 

La réunion de famille (royale) s'est bien passée

Même si le vice-président de la fédération galloise (William) n'a pas fini de chambrer son homologue anglais (Harry).