Coupe du monde 2023 : Ce qu'il faut savoir

En octobre 2023, la France accueillera la dixième Coupe du monde de rugby, la deuxième pour l’Hexagone après celle de 2007. Et si ce rendez-vous parait encore lointain, il a commencé avec le tirage au sort des groupes de ce Mondial. Alors qui sont les têtes de séries ? Qui sont les pays pas encore qualifiés ? Que vient faire Jean Dujardin dans tout ça ? Voici ce qu’il faut savoir.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
 (ST?PHANE DUPRAT / HANS LUCAS)

• Ca se passe où et quand ?

Le tirage au sort de la Coupe du monde 2023 aura lieu ce lundi dès 12h30 au Palais Brogniart de Paris, ancien siège de la bourse, en présence d'Emmanuel Macron. Il sera à suivre en direct sur la chaîne franceinfo (canal 27 de la TNT), et en direct vidéo sur francetvesport. Quant à la Coupe du monde, elle aura lieu du 8 au 21 octobre 2023. Contrairement à 2007, elle sera intégralement française (Cardiff et Edimbourg avait alors accueilli des rencontres), avec 9 stades pré-sélectionnés à Paris, Marseille, Lyon, Lille, Bordeaux, Saint-Etienne, Nantes, Nice et Toulouse. Soient les mêmes villes que pour l’Euro 2016 de football, à l’exception de Nantes qui remplace Lens.

• Qui sont les têtes de série ?

Actuellement quatrième du classement mondial, le XV de France ne fait pas partie des têtes de série de ce tirage au sort. La faute à la pandémie qui a poussé World Rugby à se baser sur le classement mondial arrêté à janvier 2020, date à laquelle les Bleus n’étaient que 7e. C’est pourquoi ils font partie du chapeau 2 avec l’Irlande, l’Australie, et le Japon. Les quatre têtes de série sont donc la Nouvelle-Zélande, l’Angleterre, le pays de Galles et bien sûr les tenants du titre Sud-Africains. Dans le chapeau trois, on retrouve l’Écosse, l’Argentine, les Fidji et l’Italie. Les membres des chapeaux 4 et 5 ne sont pas encore connus.

• Pourquoi certains participants ne sont pas encore connus ?

Douze équipes sont automatiquement qualifiées pour la Coupe du monde 2023 avec la France, pays organisateur. Ces douze nations sont celles qui ont terminé aux trois meilleures places de leur poule à la Coupe du Monde de Rugby 2019 au Japon. Il reste donc 8 tickets à obtenir, via des tournois de qualifications par continent. Ainsi, deux nations européennes et deux américaines rejoindront la compétition, ainsi qu'une d’Océanie, une d’Asie et une dernière venue d’Afrique. Pour le vingtième et dernier ticket, il faudra passer par un ultime tournoi en novembre 2022.

Chapeau 1 : Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande, Angleterre, pays de Galles
Chapeau 2 : Irlande, Australie, France, Japon
Chapeau 3 : Écosse, Argentine, Fidji, Italie
Chapeau 4 : Océanie 1, Europe 1, Amérique 1, Asie/Pacifique 1
Chapeau 5 : Afrique 1, Europe 2, Amérique 2, vainqueur du tournoi de qualification final

• Dujardin, Louboutin… Qui seront les tireurs ?

Qui dit tirage au sort, dit saladiers pleins de boules à tirer au sort, et donc mains innocentes pour le faire. Pour l’occasion, World Rugby a convié six ambassadeurs de "l’art d’être Français", à savoir : le photographe Yann-Arthus Bertrand, le créateur Christian Louboutin, la danseuse étoile Alice Renavand, le chef Guy Savoy, l’architecte Jean-Michel Wilmotte et l’acteur Jean Dujardin. Des noms pas si étonnants que cela, puisque toutes ces personnalités ont un lien avec le rugby. Par exemple, en 2012, au moment de recevoir le BAFTA du meilleur acteur à Londres pour The Artist, Jean Dujardin avait cité William Webb Ellis, l’inventeur du rugby moderne. Logique donc de le voir donner le coup d’envoi de la Coupe du monde 2023, dont le trophée porte le nom de Webb Ellis.

• Pourquoi le tirage a lieu aussi tôt ?

Ca n’aura pas échappé aux fans de sport, un tirage au sort d’un Mondial plus de deux ans et demi avant son coup d’envoi, c’est précoce. Mais cela tient à diverses spécificités du monde de l’ovalie. D’abord, comme écrit plus haut, à l’issue d’une Coupe du monde, on connaît déjà 12 des 20 participants à la suivante, du fait du système de qualification. Par ailleurs, avec tout le respect sportif qui s’impose, les 8 derniers qualifiés sont rarement - pour ne pas dire jamais - des équipes qui ont leur mot à dire dans la compétition (Géorgie, Tonga, ou encore Namibie par exemple). Enfin, contrairement au football, les équipes nationales de rugby disputent très peu de matches amicaux dans une saison. Dès lors, connaître le profil de ses principaux adversaires au mondial plus de deux ans auparavant permet d’adapter sa préparation en conséquence. Et puis, en ces temps d’incertitudes, cela ne fait pas de mal de pouvoir se projeter un peu, non ?

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de rugby

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.