Champions Cup : La Rochelle se rebiffe et l’emporte à l’arraché contre Glasgow

 Le Stade Rochelais a parfaitement entamé sa campagne européenne en l’emportant (20-13) à Deflandre face à Glasgow, dimanche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le troisième ligne centre de La Rochelle, Grégory Alldritt, contre Glasgow, le 12 décembre 2021. (XAVIER LEOTY / AFP)

Il fallait souffler sur les braises et raviver la flamme. Surtout, il fallait se débarrasser de cette sale "gueule de bois" - selon les mots de Ronan O'Gara, l’entraîneur du Stade Rochelais -, qu’avaient laissé les deux finales perdues de la saison passée en Coupe d’Europe et en Top 14. Dans leur antre, les Maritimes ont apaisé ces vieux stigmates en s’imposant 20-13 pour leurs débuts en Champions Cup contre les Ecossais de Glasgow, dimanche 12 décembre.

Dès le coup d’envoi, la volonté de bien faire des Rochelais était évidente. Mais le cocktail vitesse et rythme, saupoudré d’une certaine nervosité, les a longtemps poussés à la faute. Des occasions gâchées par des ballons tombés sur des passes approximatives ou qui s’échappent au contact, par un manque de soutien ou encore par des erreurs d’attention comme ce renvoi imprécis de West (9e) qui offre la possession aux Ecossais. En fin de match, une nouvelle faute de main les a empêchés de valider la percée du troisième ligne centre Grégory Alldritt (69e, 20-13) et de se mettre à l’abri d’un essai transformé.

La Rochelle débute sa campagne de Champions Cup avec une victoire à domicile ! Les Rochelais se sont imposées face aux Glasgow Warriors sur le score de 20-13 ! Grâce à deux essais inscrits le club français s'est donné un peu d'air en fin de match. Revivez les meilleurs moments du match.

Cafouillages en conquête

Globalement, en conquête, rien n’a été facile pour les Rochelais face à une équipe qui alignait sur sa feuille de match 13 internationaux écossais. Privés de ballon en première période, les joueurs de Ronan O’Gara ont dû patienter vingt minutes pour atteindre les 22 mètres adverses. De son côté, l’ouvreur, Ross Thompson (22 ans), grand espoir du rugby écossais, profitait de leurs fautes (8e, 15e) pour offrir l’avantage à son équipe et perpétuer le doute dans l’esprit des Maritimes.

Approximatifs pour lancer le jeu proprement après une phase de touche (12e, 20e, 26e), c’est pourtant dans ce secteur que les Maritimes ont fini par trouver la solution et à véritablement entrer dans leur match. A la 31e, le pilier gauche Wardi s’échappait d’un ballon porté pour débloquer le compteur de son équipe, tandis que la patte d’Ihaia West leur permettait d’être malgré tout devant à la mi-temps (10-6). Malgré l’essai de l’ailier Buliruarua (58e), rentré en jeu pour remplacer Retière sorti sur civière pour une suspicion de fracture à la cheville, le jeu rochelais n’a pu s’exprimer que par courtes séquences, coupées par une flopée d’en-avants.

Poule resserrée

"La solidarité a comblé l’erreur du copain pendant tout le match", résumait parfaitement le deuxième ligne maritime, Romain Sazy à la fin de la rencontre. "Il fallait changer de compétition, s’adapter à l’arbitrage. La victoire, c’est le principal", ajoutait-il. Elle est un moindre mal dans cette compétition où le club se présente ambitieux et où le nouveau format de poule hyper resserrée n’offre pas vraiment la place à l’erreur. Pour écarter un peu plus loin les maux de tête, les Rochelais ont tout intérêt à valider ce succès au plus vite. Ils en auront la parfaite occasion face aux Anglais de Bath, derniers de Premiership.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Champions Cup

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.