Cet article date de plus de huit ans.

Le BO poursuit sa route

Tenant du titre de la compétition, Biarritz s'est brillamment qualifié pour les demi-finales du challenge européen grâce à un succès probant (41-31) jeudi sur la pelouse des Anglais de Gloucester.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Imanol Harinordoquy, l'une des pierres angulaires du Biarritz Olympique

Visiblement l'enjeu transcendent les Biarrots. Ces derniers ont ainsi montré un visage bien différent de celui que l'on voit en championnat. Emmenés par un Dimitri Yachvili toujours aussi performant, qui a vécu à Gloucester une saison essentielle dans sa formation en 2001, à 20 ans, ils ont marqué cinq essais contre trois à leurs adversaires, dont deux en toute fin de match, après avoir déjà fait l'écart en première période. Profitant du fait de jouer vingt des quarante premières minutes à 15 contre 14, grâce à deux cartons jaunes infligés au pilier Darion Chistolini à la 18e minute, et au talonneur Koree Britton à la 30e, ils menaient 27-14 à la mi-temps.

Gloucester ne tient pas la distance

Les "Cherry and White" avaient pourtant bien commencé le match sur une pénalité de leur jeune ouvreur Freddy Burns (auteur de 16 points) et sur un essai du centre vétéran Mike Tindall. Mais ils n'ont ensuite pas tenu la distance. Les Biarrots ont mis du jeu et de l'offensive à l'image de leur quatrième essai venu d'une belle et longue passe de Yachvili, un débordement et un beau cadrage de Ngwenya qui ont  offert la course décisive à Benoît Baby.

Preuve qu'ils ont les moyens de le faire plus souvent. A 34-17 la cause était entendue malgré le sursaut d'orgueil anglais. Le BO corsait encore l'addition (41-31) pour une victoire qui les place dans une spirale très positive pour conserver son titre. En demi-finale, il  rencontrera le vainqueur du match entre les London Wasps et les double champions d'Europe en titre du Leinster.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Challenge Cup

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.