Roland-Garros : "Ce qu'il fait sur ce court est absolument incroyable", quand Djokovic encense Nadal

Vaincu mais pas abattu, Novak Djokovic s'est exprimé à l'issue de la rencontre. Le Serbe a longuement encensé un Rafael Nadal qui a joué un tennis "parfait" à ses yeux. Le Serbe a également remercié l'organisation du Grand Chelem parisien pour avoir eu le "privilège" de jouer au tennis durant deux semaines.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (MARTIN BUREAU / AFP)

L'émotion était palpable sur le Philippe Chatrier ce dimanche après la démonstration de Rafael Nadal en finale de Roland-Garros. Sonné par sa défaite mais souriant malgré tout, Novak Djokovic n'a pas manqué de souligner la supériorité de son adversaire du jour. "Je veux avant tout féliciter Rafael, son équipe et sa famille. Ce qu’il fait sur ce court, et pas seulement celui-là, est absolument incroyable. Il est un grand homme et un grand champion, ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle le roi de la terre battue. Je l’ai appris à mes dépends aujourd’hui d’ailleurs (rires)."

Malgré tout, le numéro 1 mondial est resté évidemment déçu de sa performance. "C’était un match compliqué pour moi aujourd’hui, je ne suis pas satisfait de ma performance et de la manière dont j’ai joué, concédait un Djokovic beau joueur, j’ai tout essayé, mais Rafa a joué parfaitement. Je n’ai pas réussi à trouver de l’espace pour faire quelque chose d’autre." Enfin, le Serbe a longuement remercié l'organisation du tournoi et son public. S'estimant privilégie d'avoir eu l'occasion de disputer le sport qu'il aime tant. "Je remercie évidemment chaque membre de l’organisation pour ces deux semaines. Ils nous ont permis de disputer le sport que l’on aime malgré le contexte sanitaire. C'est un privilège car le virus empêche de nombreuses personnes d'aller travailler. Je remercie également tout le public pour le soutien."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.