Cet article date de plus de sept ans.

Ricciardo: "En F1, chaque victoire est spéciale"

Daniel Ricciardo (Red Bull), vainqueur du GP de Belgique, a ensuite confié qu'il trouvait cette 3e victoire en F1 "spéciale", sur le circuit de Spa-Francorchamps, comme les deux précédentes au Canada et en Hongrie.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.

Que ressentez-vous après avoir obligé beaucoup d'Australiens à rester éveillés si tard dans la nuit (GMT +10 à Sydney) ?
Daniel Ricciardo : "C'est vrai, je pense que c'était très suivi à la maison, mais il y a  presque autant de drapeaux ici qu'à Melbourne (au GP d'Australie). C'était  impressionnant de voir autant de fans australiens ce week-end. Cette victoire  est un peu différente de la précédente (en Hongrie), c'est sûr. Car quand on  est en tête de la course aussi longtemps (ndlr: du 13e tour à l'arrivée) il  faut surtout être régulier, et surveiller ses temps au tour. Il y a forcément  quelques dates qui ressortent sur le calendrier, et Spa en fait partie, mais  pour être vraiment honnête, chaque victoire est spéciale, en F1".

Racontez-nous vos dépassements déterminants sur Alonso et Vettel, en début de course...
DR: "Dès le premier tour, j'ai failli réussir à passer Alonso à l'intérieur,  au virage 5, mais j'ai bloqué mes roues et je suis parti tout droit, donc il a  réussi à repasser devant moi. J'ai réussi un peu plus tard, et après j'étais  derrière Seb (Vettel), mais je pense qu'il a mis une roue sur +l'astroturf+  (ndlr: pelouse synthétique) à la sortie du virage 10 et évidemment, à cause de  la pluie de cette nuit et ce matin, ça glissait encore un peu, donc j'ai pu le  doubler. Après, je crois que Nico (Rosberg) est rentré au stand pour changer  son aileron avant (ndlr: abîmé contre une roue arrière d'Hamilton) ça m'a  permis de passer en tête et d'y rester, car j'avais un bon rythme et j'arrivais  à faire durer mes pneus. A la fin, il fallait juste que je reste constant et  concentré. Je me suis bien amusé".

Comment avez-vous vécu la fin de course, de l'intérieur ?
DR: "Quand j'ai entendu que Rosberg allait faire un troisième arrêt (pour  changer de pneus), je savais qu'il allait être rapide en fin de course, donc il  fallait que je reste à la fois rapide et propre. La première chose à laquelle  on pense aussi, évidemment, c'est à la mécanique, on espère que tout va tenir  jusqu'à la ligne d'arrivée. Après, il faut atteindre ses objectifs, les uns  après les autres, mais les derniers tours sont toujours un peu longs".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.