Cet article date de plus de sept ans.

Pistorius déclaré sain d'esprit

Après un mois d'interruption pour une évaluation mentale de l'accusé, le procès d'Oscar Pistorius a repris ce matin à Pretoria. Et les experts ont conclu que l'athlète ne "souffrait pas d'un trouble mental ou d'une infirmité qui l'aurait rendu pénalement irresponsables de l'acte dont il est accusé". Et les trois psychiatres et le clinicien, un psychologue, interrogés ont conclu que "M. Pistorius était en mesure d'apprécier que ce qu'il faisait était mal".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Oscar Pistorius (ALET PRETORIUS / POOL)

Accusé du meurtre de son ancienne petite amie, Victoria Reeva, Oscar Pistorius est de nouveau au tribunal. Afin d'assurer un procès équitable, l'audience avait été suspendue le 20  mai pour permettre au sportif de se faire examiner dans un hôpital  psychiatrique de Pretoria et obtenir un diagnostic indépendant après que la  défense ait suggéré que Pistorius souffrait d'un trouble anxieux généralisé  remontant à l'enfance et susceptible d'avoir contribué à son geste fatal.

Cet axe de défense ne devrait plus être ressorti par les avocats de l'athlète. Les conclusions du rapport sont en effet claires: "M. Pistorius ne souffrait pas d'un trouble mental ou d'une infirmité qui  l'aurait rendu pénalement irresponsable de l'acte dont il est accusé", ont  conclu les quatres experts sollicités pour examiner l'athlète, selon leur  rapport lu à la barre le procureur Gerrie Nel. "M. Pistorius était en mesure d'apprécier que ce qu'il faisait était mal", ont expliqué les experts dans deux rapports séparés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.