Cet article date de plus de sept ans.

Parra sauvé pour la patrie

Pour le bien du XV de France et de Clermont, Morgan Parra a eu raison de faire appel de sa suspension. Suite à son passage devant la commission d'appel fédérale jeudi, le demi de mêlée auvergnat a vu sa suspension réduite de quatre à deux semaines. Par conséquent, il est d'ores et déjà requalifié et pourra rejouer dès demain à Castres en Top 14. Il est également disponible pour le premier test-match des Bleus face à la Nouvelle-Zélande le 9 novembre.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Morgan Parra (Clermont)

Le casier disciplinaire vierge de Morgan Parra a certainement payé. Lors de l'annonce de son appel, le joueur et son club avaient insisté sur le passé clean de Parra, "la provocation de la  victime" et "l'absence de conséquence sur l'intégrité physique du joueur  adverse". Le joueur de Clermont (24 ans, 51 sélections) avait été suspendu quatre semaines en première instance pour des coups de poings portés  sur le Bordelo-Béglais Gautier Gibouin lors du match de la 8e journée de Top 14  (29 septembre).

Parra requalifié

La FFR a entendu ces arguments et revu la sanction à la baisse. "Après examen du dossier et audition du joueur, la Commission d’Appel Fédérale a décidé de reformer la décision contestée en prononçant à l’encontre du joueur une sanction de suspension d’une durée de 2 semaines à compter du jour de la réunion de la commission de première instance, le 16 octobre 2013. Par conséquent Morgan Parra est requalifié à compter du 31 octobre 2013", a indiqué la FFR dans un communiqué.

PSA soulagé

Si on ne sait pas encore si Clermont fera jouer son 9 à Castres vendredi, c'est avant tout une bonne nouvelle pour Philippe Saint-André. Après le forfait pour l'ensemble de la tournée d'un autre demi de mêlée, Maxime Machenaud (24 ans, 11  sél.), blessé à une main, la présence de Parra, par ailleurs buteur des Bleus, devenait indispensable.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.