Cet article date de plus d'un an.

Natation : qui est Summer McIntosh, nouvelle détentrice du record du monde du 400 m nage libre à seulement 16 ans

La nageuse canadienne a battu, dans la nuit de mardi à mercredi, le record du monde du 400 m nage libre auparavant détenu par l'Australienne Ariarne Titmus depuis 2022.
Article rédigé par Vincent Daheron, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
La nageuse canadienne Summer McIntosh à Greensboro (Caroline du Nord), aux Etats-Unis, le 2 décembre 2022. (JARED C. TILTON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA via AFP)

Summer McIntosh a frappé un grand coup. La nageuse de 16 ans a battu, mardi 28 mars à Toronto, le record du monde du 400 m nage libre à l'occasion des sélections canadiennes pour les prochains Mondiaux de Fukuoka, au Japon (du 14 au 30 juillet sur France Télévisions). Elle a abaissé la marque de l'Australienne Ariarne Titmus, réalisée lors des championnats d'Australie en mai 2022, de 32 centièmes (3'56''08 contre 3'56''40). Sa première poursuivante a fini très loin derrière, à 12 secondes.

"C'est absolument incroyable. Je ne suis pas une personne émotive. Mais j'ai été frappée par tellement d'émotions. C'est de la pure euphorie en ce moment", a-t-elle commenté en zone mixte, avant de fondre en larmes. A 16 ans et 7 mois, elle devient la deuxième plus jeune détentrice d'un record du monde actuel en bassin olympique (50 m) derrière l'Italienne Benedetta Pilato, qui avait battu celui du 50 m brasse en mai 2021, à 16 ans et 4 mois.

Sa mère a disputé les JO de 1984, sa sœur est patineuse artistique

Summer McIntosh a de qui tenir. Sa mère Jill Horstead est une ancienne nageuse qui avait notamment représenté le Canada lors des Jeux olympiques de Los Angeles, en 1984 sur 200 m papillon. Elle s'était alors classée 9e. Mais ce n'est pas tout. Sa soeur ainée Brooke, âgée de 18 ans depuis le mois de janvier, est une patineuse artistique de niveau international. Pratiquant en couples, elle a notamment terminé 4e des Jeux olympiques de la jeunesse, en 2020, et vient de se classer 11e des championnats du monde organisés à Saitama (Japon), la semaine dernière, associée à Benjamin Mimar.

Une première participation aux JO à 14 ans 

Née le 18 août 2006, à Toronto, Summer McIntosh possède déjà une première expérience olympique. Lors des Jeux de Tokyo, en 2021, elle était la plus jeune athlète de toute la délégation canadienne du haut de ses 14 ans. Pour sa première participation, elle n'avait pas démérité puisqu'elle avait échoué au pied du podium du 400 m nage libre - derrière Ariarne Titmus, Katie Ledecky et Li Bingjie - et du relais 4x200 m nage libre. Summer McIntosh avait aussi participé au 200 m et 800 m nage libre, sans parvenir à se qualifier pour la finale. Par comparaison, lorsque Michael Phelps, athlète olympique le plus médaillé de tous les temps (28 médailles dont 23 en or), a participé à ses premiers JO, à Sydney en 2000, il avait pris la 5e place du 200 m papillon, à seulement 15 ans...

Une (très) rare défaite infligée à la star Katie Ledecky

Ce n'est évidemment pas la première fois que Summer McIntosh fait parler d'elle grâce à ses performances dans les bassins. Déjà double championne du monde à Budapest l'année dernière (200 m papillon et 400 m 4 nages), elle a également battu Katie Ledecky, référence de la natation mondiale depuis dix ans,  à Fort Lauderdale, en Floride (Etats-Unis), le 3 mars dernier. Une performance très, très rare. La star américaine, septuple championne olympique et 19 fois championne du monde, n'avait plus connu la défaite sur des courses de 200 m nage libre, ou plus, disputées sur le sol national depuis... 2014. Katie Ledecky a d'ailleurs détenu le record du monde de 400 m nage libre entre 2016 et 2022.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.