Vidéo Natation : Léon Marchand qualifié pour Paris 2024 sur 400 m 4 nages malgré ses "mauvaises sensations"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 7 min
La star de la natation, Léon Marchand a brillé dans la finale du 400m 4 nages. Le nageur s'est largement imposé devant Emilien Mattenet et Jaouad Syoud en 4'10.62. Il n'a pas réalisé son meilleur temps mais réalise haut la main les minima pour sa qualifications aux Jeux de Paris cet été.
400m 4 nages (H) : le début de l'odysée de Léon Marchand La star de la natation, Léon Marchand a brillé dans la finale du 400m 4 nages. Le nageur s'est largement imposé devant Emilien Mattenet et Jaouad Syoud en 4'10.62. Il n'a pas réalisé son meilleur temps mais réalise haut la main les minima pour sa qualifications aux Jeux de Paris cet été. (France TV)
Article rédigé par Quentin Ramelet - à Chartres (Eure-et-Loir)
France Télévisions - Rédaction Sport
Le recordman du monde du 400 m 4 nages a facilement réalisé, lundi, lors des championnats de France à Chartres, les minima olympiques sur la distance, grâce à un chrono de 4'10"62.

"Qualifié pour Paris 2024, c'est l'essentiel." Si les minima olympiques du 400 m 4 nages (4'12''50) n'étaient qu'une formalité pour lui, Léon Marchand voulait surtout se rassurer, lundi 17 juin, à l'occasion des championnats de France de natation. Si l'homme qui avait effacé Michael Phelps des tablettes en juillet 2023 lors des Mondiaux de Fukuoka (Japon) souhaitait signer un chrono proche du top 3 mondial, dans le bassin de l'Odyssée de Chartres, ce fut un peu plus compliqué que prévu. Il a, certes, établi le meilleur temps de sa saison en 4'10''62, largement suffisant pour se qualifier aux Jeux olympiques de Paris 2024 (du 26 juillet au 11 août), mais ce résultat reste loin de ses standards.

"Le chrono n'est pas bon, les sensations sont mauvaises"

Après avoir géré comme il sait si bien le faire lors des séries le matin (4'14''88), Léon Marchand est parti fort, sur le papillon, avant de donner l'impression de parfois subir un peu la course au fil des longueurs. "Aux 250 mètres, je n'ai plus de jambes, j'ai du mal à faire mes coulées, et à respirer aussi", a-t-il concédé avec son franc-parler habituel, quelques minutes après être sorti du bassin. Alors que son grand rival et coéquipier d'entraînement, Carson Foster, avait réalisé, la nuit dernière à Indianapolis, la meilleure performance mondiale de l'année en 4'07''64, le Toulousain avait à cœur de "s'en rapprocher". C'était encore trop tôt pour Léon Marchand.

"Le chrono n'est pas bon, les sensations sont mauvaises, mais je suis qualifié pour Paris, s'est-il rassuré, avant d'en analyser les raisons. Ça fait une semaine que je suis rentré des Etats-Unis, donc il y a aussi le décalage horaire. Une évacuation de ces derniers mois... Je ne suis pas préparé au maximum non plus. J'étais préparé pour faire les minima et c'est ce que je fais au final même si j'espérais faire mieux."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.