Cet article date de plus de neuf ans.

La belle moisson des nageurs français à Barcelone : normal ou miraculeux?

Les nageurs français quittent les Mondiaux de Barcelone avec 9 médailles dont 4 en or. Ils ont fait mieux qu'aux Mondiaux de 2011. Des performances qui propulsent la France au 3e rang des nations derrière les Etats-Unis et la Chine.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Ils avaient deux titres en ligne de mire : ils repartent avec quatre dont la très prestigieuse médaille d'or du 4x100 m 4 nages.  

Et pourtant l'après JO de Londres ne semblait pas s'annoncer sous les meilleurs auspices. Ainsi fin mai, Yannick Agnel avait changé d'entraîneur, quittant Fabrice Pellerin qui avait jugé ce choix "sportivement critiquable" pour l'américain Bob Bowman, l'ex-entraîneur de Michael Phelps. Une crise, quelques semaines à peine avant les Mondiaux, qui ne l'a pas empêché de remporter deux médailles d'or en 200 mètres libre et en relais. Et  début juillet, Camille Lacourt n'avait pas réalisé de grosses performances à l'Open de France. Il n'était pas "dedans ". Barcelone lui a mieux réussi que Vichy.

"Il y a de sacrés nageurs derrière" (Sophie Kamoun)

Pour l'ancienne championne Sophie Kamoun,  consultante Eurosport / France Info, cette
pluie de médaille s'explique par une réalité : "La France est l'une
des toutes meilleures nations au monde et ça devrait durer encore un bon moment
".
D'autant plus que tous les nageurs français n'ont pas réédité leurs meilleures
performances. C'est le cas de Florent Manaudou et de Camille Muffat : "Malgré
tout on arrive à faire un bilan aussi bon voir meilleur que ces deux dernières
années. Il y a de sacrés nageurs derrière".

Une pléthore de candidats*


Et c'est peut-être cette réserve de nageurs qui explique ce succès. Interrogé sur la pléthore de candidats à une place dans le relais 4x100 m tricolore,  Lionel Horter, le directeur technique de la natation française avait expliqué que ce n'était "pas un problème mais une stimulation ."

Stimulation, motivation, rage de vaincre après des échecs. Et un état d'esprit propice aux victoires en relais. Manifestement, les nageurs français s'entendent et se soutiennent.

Mais tous n'ont pas eu la même réussite. La natation féminine avec deux médailles seulement sur neuf est en difficulté. La marge de progression de la natation française est encore importante.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Natation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.