MMA : "On a des combattants solides et on va le prouver", le champion Benoît Saint-Denis se prépare pour le premier combat UFC en France

La plus grosse organisation mondiale de MMA posera ses valises à Paris le 3 septembre, pour la première fois de l'histoire. Reportage dans les coulisses de la préparation du combattant Benoît Saint-Denis

Article rédigé par
Yohann Le Coz - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
En seulement deux ans et demi, Benoît Saint-Denis s'est hissé jusqu'à l'élite des combattants de MMA. (UFC)

L'UFC (Ultimate Fighting Championship), la plus grosse organisation mondiale de MMA, pratique mixant tous les sports de combat, pose ses valises pour la première fois de son histoire en France, le 3 septembre, à l'Accor Arena de Paris. Benoît Saint-Denis est en pleine préparation pour le grand soir. Mais dans sa salle d'entraînement à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) il se fait attendre, "il est tout le temps en retard", s'agace son entraîneur. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Benoît"God of War"Saint Denis (@benoitst_denis)

Aujourd'hui, il a une bonne excuse puisqu'il s'est rendu au centre d'entraînement du Racing Métro 92 pour une séance un peu particulière."Pour avoir accès au caisson d'hypoxie, qui est un caisson qui permet de travailler comme en altitude pour développer des qualités cardiovasculaires supérieures", explique-t-il. 

Entraînements du matin au soir pendant dix jours 

Arrivé à Vitry, pas de fatigue qui tienne. Le combattant de 26 ans, barbe fournie et cicatrice sous l'oeil en guise de souvenir de sa dernière victoire, enfile les gants et entre dans la cage pour le deuxième entraînement de la journée. Point, genoux, coude, tous les coups y passent. Benoît Saint-Denis est un combattant rugueux. Les impacts sont lourds. Il enchaîne les séquences de trois minutes à peine essoufflé, dans une ambiance studieuse.

Là on rentre dans le dur, sur le cardio, sur le rythme et l'intensité. Donc ce sont des séances assez courtes mais très intenses.

Daniel Woirin, entraîneur de MMA

à franceinfo

Maintenant, il faut se rendre à l'aéroport. Départ pour la Bulgarie pour une dizaine de jours intenses. "On va être dans une bulle. Ça sera de l'entraînement du matin au soir", affirme Daniel Woirin. L'objectif est d'être prêt physiquement et techniquement pour le jour-J.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Benoît"God of War"Saint Denis (@benoitst_denis)

Après onze combats en professionnel, dont deux à l'UFC, cette soirée aura une saveur particulière pour Benoît Saint-Denis. "C'est un peu le joyau de la couronne, l'UFC en France. Ça permet de sacraliser tout ça et de dire ouvertement aux yeux du monde, 'le MMA est le bienvenu maintenant en France et on a des combattants solides, et on va le prouver.'" 

Remporter une deuxième victoire à l'UFC

Seul hic, Benoît Saint-Denis se marie à Montpellier une semaine avant le combat. Et comme une soirée UFC à Paris ne se refuse pas, il a décidé de faire les deux. Pour être au bon poids pour la pesée d'avant-combat, il faudra être raisonnable. Le Français pèse actuellement 80 kilos et doit atteindre les 70 kilos d'ici trois semaines. "Eh oui, pas d'excès ! Peut-être un verre de vin et je vais profiter de la viande", promet le combattant. "Pâté, saucisson, bon vin... C'est un bon Gaulois, il faut faire gaffe", prévient son entraîneur.

Benoît Saint-Denis n'a pas encore d'adversaire connu pour le 3 septembre. Ce qui compte pour lui, c'est de remporter sa deuxième victoire en trois combats à l'UFC. Car le meilleur moyen de voir l'organisation américaine prolonger son contrat, c'est de gagner. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.