Cet article date de plus de neuf ans.

Maurice Herzog est décédé

La Fédération française de la Montagne et de l'Escalade (FFME) a annoncé que l'alpiniste et homme politique français est mort aujourd'hui à l'âge de 93 ans. Légende du sport pour avoir gravi l'Annapurna en 1950, figure de la Résistance française pendant la Seconde guerre mondiale, Maurice Herzog fut aussi un homme politique, proche du Général de-Gaulle, Haut commissaire, puis secrétaire d'État à la Jeunesse et aux Sports et ancien maire de Chamonix.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 

"Je vous confirme la mort de Maurice Herzog", a déclaré par téléphone à l'AFP un responsable de la FFME, qui tenait l'information du cabinet du maire de Chamonix, ville dont Herzog fut maire de 1968 à 1977, confirmant une information du Dauphiné Libéré et de Paris Match. Membre du Comité international olympique (CIO) de 1970 à 1995, puis membre honoraire, il avait été élevé le 1er janvier 2012 au rang de grand'croix de l'Ordre national de la Légion d'honneur.

Né le 15 janvier 1919 à Lyon (Rhône), Maurice Herzog décroche le diplôme de l'Ecole des Hautes études commerciales (HEC) et du Centre de perfectionnement dans l'administration des affaires. Il s'adonne, dès qu'il le peut, à l'alpinisme. Alors directeur de la société Kléber-Colombes, il devient Haut-commissaire à la Jeunesse et aux sports (1958), député UNR du Rhône en 1962 avant d'être secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux sports, de 1963 à 1966. Membre du Conseil économique et social de 1966 à 1971, il est ensuite député UDR puis RPR de la Haute-Savoie, de 1967 à 1978, et maire de Chamonix, de 1968 à 1977. Depuis 1995, il était membre honoraire du Comité international olympique (CIO). M. Herzog a dirigé jusqu'en 1994 plusieurs sociétés, dont la Société du tunnel sous le Mont-Blanc, de 1981 à 1984. "Nous avions un désir fou, furieux, d'échapper à la prison qu'avait été l'Hexagone (pendant la guerre)", disait Maurice Herzog, citant les grands aventuriers français des années 50 et 60: "Bombard et l'Atlantique, Cousteau et les fonds marins, Tazieff et les volcans, Flornoy et les forêts vierges, Paul-Emile Victor et les pôles, Théodore Monod et le désert".

Il était l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés à l'alpinisme et à l'Annapurna, dont "Annapurna, premier 8000" (éd Arthaud, 1951), vendu à une douzaine de millions d'exemplaires et traduit en 40 langues, ce qui en en fait le best-seller absolu dans la littérature de montagne. Il a aussi écrit "Regards sur l'Annapurna", "L'expédition sur l'Annapurna", "La montagne" et "Les grandes aventures de l'Himalaya". Après cette aventure exceptionnelle que fut, le 3 juin 1950, l'ascension victorieuse de l'Annapurna, avec Louis Lachenal, Maurice Herzog avait été amputé des doigts et des orteils. Grand-officier de la légion d'honneur, il vivait entre Neuilly et Chamonix, où il possédait une villa. Il avait épousé en premières noces Marie-Pierre de Cossé-Brissac avec qui il eut deux enfants (Laurent, décédé, et Félicité) et s'était remarié à Elisabeth Gamper avec qui il eut aussi deux enfants, Sébastien et Mathias.

Voir la video

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.