Cet article date de plus de six ans.

Luzenac veut obtenir un dédommagement financier

Le président de Luzenac, dont la montée en Ligue 2 a été refusée par la Ligue de football professionnel (LFP), a indiqué dimanche qu'il continuait le combat et que le club allait saisir la justice administrative pour obtenir un dédommagement financier.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Jérôme Ducros et Fabien Barthez (PASCAL PAVANI / AFP)

Luzenac entend saisir "d'ici une quinzaine de jours" le tribunal administratif de Toulouse "pour attaquer la LFP et la FFF (la Fédération Française de Football), et leur réclamer un dédommagement financier", a indiqué à l'AFP Jérôme Ducros, qui s'est aussi exprimé dans le même sens dimanche dans l'édition ariégeoise de La Dépêche du Midi. Après trois mois de bataille et un énième refus de la Ligue de laisser le club monter en Ligue 2 en raison de la non-conformité de son stade, M. Ducros et son directeur général, le gardien de but de l'équipe de France championne du monde en 1998, Fabien Barthez, avaient décidé de jeter l'éponge le 10 septembre. Et Luzenac, qui avait gagné sur le terrain le droit de monter en Ligue 2 en terminant deuxième de National la saison dernière, a connu alors une descente aux enfers jusqu'en division d'honneur régionale, cinq niveaux plus bas.

"Le préjudice financier est clair", a poursuivi le président du club qui a perdu l'essentiel de ses joueurs. "On va continuer le combat pour récupérer notre équipe 1. On nous a volé un fonds de commerce, on attend de le récupérer, les coaches sont toujours salariés du club", a-t-il encore dit. Outre la saisie de la justice administrative pour obtenir un dédommagement, la procédure pour obtenir la réintégration en Ligue 2 qui n'avait pas obtenu gain de cause en référé début septembre, se poursuit "au fond" au tribunal administratif de Toulouse, dans l'espoir d'arracher une remontée en Ligue 2 la saison prochaine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.