Cet article date de plus d'un an.

Les enseignements des trois matches amicaux du Paris Saint-Germain

Trois matches amicaux, 20 buts inscrits, zéro encaissé et neuf réalisateurs différents. Voilà le bilan flatteur des trois rencontres de préparation jouées par le Paris Saint-Germain lors des dix derniers jours contre Le Havre (9-0), Waasland-Beveren (7-0) et le Celtic Glasgow ce mardi au Parc des Princes (4-0). Si les oppositions ont pu paraître modestes par moments, plusieurs enseignements sont à retenir de ces trois matches qui précèdent les deux finales que le PSG disputera les deux prochains vendredis, et l'objectif de la fin de saison du club, à savoir la Ligue des champions.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 5 min.
 (FRANCK FIFE / AFP)

• Une attaque en feu, des automatismes vite retrouvés

Après plus de quatre mois sans jouer, forcément, les automatismes se perdent. À l'issue des trois matches amicaux joués par le Paris Saint-Germain, le moins que l'on puisse dire est que le quatuor offensif du club de la capitale (Mbappé, NeymarIcardi, Di María) s'est vite retrouvé. Chacun s'est montré à son aise, et les trois premiers ont tous inscrits au moins trois buts lors des trois rencontres. Kylian Mbappé s'est montré joueur, vif et chirurgical comme lors du premier but du PSG contre le Celtic ce mardi tandis que Neymar a semblé déjà très affûté et prêt à faire les différences, ce que Thomas Tuchel attendra de lui lors des prochaines semaines.

Au vue des compositions d'équipe de l'entraîneur allemand sur ces trois matches de préparation, il semblerait que le PSG évoluera avec les quatre à la pointe de l'attaque, au moins pour les deux finales de Coupe contre Saint-Étienne et l'Olympique Lyonnais. En quarts de finale de Ligue des champions, Tuchel devra se passer de Di Maria (suspendu), et choisir entre l'ambition affichée lors du match retour de huitième de finale contre le Borussia Dortmund (2-0) ou la prudence du match aller (1-2) face à une équipe de l'Atalanta très joueuse. Quoi qu'il en soit, les gâchettes parisiennes sont prêtes et semblent plus motivées que jamais à dégainer en cette fin de saison.

• Kehrer, la bonne alternative à Meunier

À l'approche de la fin de saison du Paris Saint-Germain en Coupes et en Ligue des champions, des doutes ont émergé concernant le côté droit de la défense du PSG après le départ de Thomas Meunier pour le Borussia Dortmund. Désireux de rejoindre le club allemand le plus rapidement possible, le Belge n'a pas pu se mettre d'accord avec le club parisien pour aller au bout de cette aventure européenne. Un coup dur pour les Parisiens même si les prestations offensives de Meunier ont pu laisser à désirer.

Les trois matches de préparation contre Le Havre, Waasland-Beveren et le Celtic Glasgow ont permis de lever (en partie) les doutes. Si Colin Dagba semble encore un peu tendre, Thilo Kehrer a prouvé qu'il est une alternative plus que crédible à Meunier. Solide défensivement et plutôt juste offensivement, l'Allemand a réalisé trois bonnes prestations et a semblé affûté physiquement après avoir été gêné toute la saison par une blessure au pied. Jusque-là, Kehrer n'avait joué que 16 matches cette année. Il pourrait terminer l'exercice comme titulaire avec le PSG.

• À gauche, les incertitudes

Juan Bernat et Abdou Diallo blessés, Thomas Tuchel peut cependant se poser davantage de questions concernant le côté gauche de sa défense. Mitchel Bakker, qui a joué les trois matches de préparation, ne s'est pas réellement montré à son aise et est loin de fournir l'apport offensif de Bernat ou les garanties défensives de Diallo. L'option la plus crédible qui se présente aujourd'hui au PSG et à son entraîneur pour les deux finales de Coupe - avant peut-être un retour des deux précédemment cités -, reste celle de Laywin Kurzawa.

Longtemps décrié, l'international français (13 sélections, 1 but) vient de signer un nouveau contrat longue durée avec le PSG (jusqu'en 2024), et pourrait prétendre à une place de titulaire la saison prochaine. Contre le Celtic Glasgow, l'ancien monégasque a notamment distribué une passe décisive pour le troisième but de la rencontre inscrit par Ander Herrera. Avec son expérience de la Ligue des champions (23 matches), le Français part avec une longueur d'avance sur Bakker, mais n'offre pas non plus de grandes certitudes à l'approche du match contre l'Atalanta.

• Sarabia, remplaçant de luxe

Avec trois buts inscrits lors des trois matches amicaux, Pablo Sarabia est le deuxième meilleur buteur - à égalité avec Mbappé et Icardi - du PSG lors de cette préparation. Au-delà de cette simple statistique, l'Espagnol a une nouvelle fois prouvé à quel point il peut être utile lorsqu'il rentre en cours de match. Contre le Celtic ce mardi, Sarabia a inscrit un but magnifique sur une passe de Marco Verratti, en reprenant la belle ouverture de l'Italien de volée pour loger le ballon dans la lucarne.

Contre Le Havre, Sarabia avait inscrit un doublé en huit minutes après être entré à la mi-temps comme ce mardi. Et s'il a empêché Julian Draxler d'inscrire un but contre le club normand, l'ailier espagnol a probablement marqué des points dans l'esprit de son entraîneur, qui n'avait pas hésité à le titulariser contre le Borussia Dortmund au match retour de huitième de finale de Ligue des champions en mars dernier. Et la suspension de Di Maria lui ouvre une porte de titulaire pour le quart de finale.

• La défense s'est rassurée

Mbappé ne s'y est pas trompé à la mi-temps contre le Celtic Glasgow, au micro de beIN Sports : "C'est bien qu'on puisse souffrir un peu, c'est une équipe de bon niveau, qui est venu pour nous mettre en difficulté, donc c'est bien." Contre le champion d'Écosse ce mardi, le PSG a souffert par moments, notamment en première période. Mais face aux occasions des attaquants du Celtic, la défense - composée notamment de Thiago Silva qui jouait son dernier match au Parc des Princes - a tenu pour obtenir un troisième clean-sheet en trois matches.

Si Waasland-Beveren a offert peu d'opposition, les performances contre Le Havre et surtout contre le Celtic, qui a gêné l'Olympique Lyonnais il y a quelques jours malgré une défaite (0-2), peuvent rassurer les supporters parisiens et l'entraîneur du club. Quelques garanties donc, mais pas de quoi s'extasier. Le PSG aura à nouveau l'occasion de se rassurer lors des finales de Coupes contre l'ASSE et l'OL, avant d'affronter l'armada offensive impressionnante de l'Atalanta, en quarts de finale de la Ligue des champions le 12 août prochain.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.