Cet article date de plus de sept ans.

Légendes du Brésil : Dunga

Capitaine de la Seleçao lors du quatrième sacre mondial en 1994, Dunga a représenté le sérieux et la solidité d'une équipe brésilienne magnifiée à cette époque par les Bebeto, Romario, et autres Ronaldo. Il n'a pas fait rêver les Brésiliens, mais il les a menés sur le toit du monde.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Il n'a pas le teint mat ni le dribble que l'on prête traditionnellement aux Brésiliens. Né dans le sud du Brésil, il avait la peau claire et la sobriété et le sérieux qui manquent parfois aux équipes brésiliennes. C'était surtout un meneur d'hommes, un joueur au caractère bien trempé. Il est rapidement devenu un capitaine incontesté, d'abord avec les -20 ans brésiliens pour devenir champion du monde en 1983. En 1984, il est médaillé d'argent aux JO de Los Angeles.

Carlos Caetano Bledorn Verri a ensuite parfait son sens tactique en venant en Europe, à la fin des années 80. Mais c'est dans les années 90 qu'il connaît son heure de gloire. D'abord, il s'empare du brassard de capitaine de la Seleçao, le prenant au bras de Raï. Un exploit qui se double de la victoire au bout de la Coupe du monde aux Etats-Unis, derrière le duo de talent Bebeto-Romario. Cela faisait 24 ans que le Brésil n'avait plus remporté la Coupe. Il dispute trois Coupes du monde (1990, 1994, 1998), et prend la tête de la sélection auriverde durant quatre années, jusqu'à l'élimination en quarts de finale face aux Pays-Bas en Afrique du Sud en 2010. Pour avoir laissé Ronaldinho, et les nouvelles perles Ganso et Neymar, au pays pour ce Mondial, et surtout pour le jeu peu emballant (à l'image du sien) de son équipe, il es très critiqué et démissionne de son poste. Il demeure avec Bellini (1958), Mauro Ramos de Oliveira (1962), Carlos Alberto (1970) et Cafu (2002), l'un des cinq capitaines à avoir ramené une étoile sur le maillot auriverde.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.