Cet article date de plus de cinq ans.

Le nouveau système des qualifications en F1 validé

Le Conseil mondial du sport automobile a validé vendredi à Genève la modification du format des qualifications pour les Grands Prix de Formule 1, dès le début de la saison 2016, a annoncé la Fédération internationale de l'automobile (FIA).
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le circuit de Catalogne accueillera encore la F1 jusqu'en 2019

L'objectif principal était de pimenter le spectacle à la veille d'un GP, comme le souhaitait la Commission F1, fin février. Puis des voix se sont élevées pour contester ce changement, sur le fond et sur la forme, notamment celle du promoteur de la F1, Bernie Ecclestone, du patron de Ferrari, Sergio Marchionne, et de plusieurs pilotes comme les champions du monde Lewis Hamilton et Fernando Alonso, cette semaine à Barcelone, pendant les derniers essais d'avant-saison. 

Selon le communiqué vendredi de la FIA, garante des règlements sportifs et techniques, rien n'a changé par rapport à la version initiale de la Commission F1. Les pilotes seront en piste dès le début de chaque période de la séance (Q1, Q2 et Q3). Ils seront éliminés l'un après l'autre, en commençant par le plus lent. La Q1 durera 16 minutes, avec 22 voitures au départ, et le pilote le plus lent sera éliminé au bout de sept minutes, puis un pilote toutes les 90 secondes, jusqu'à ce qu'il n'en reste que 15 pour la Q2 (15 minutes), après une courte pause.

Sur ces 15 pilotes en Q2, et selon le même procédé, il n'en restera que huit pour la Q3 (14 minutes), au lieu de dix jusqu'à l'an dernier. A la fin de la Q3, et après élimination des six autres, toutes les 90 secondes, seuls les deux pilotes les plus rapides resteront en piste pour la chasse à la pole position, dans le dernier tour. La première "qualif" de 2016 aura lieu le samedi 19 mars à Melbourne, à la veille du GP d'Australie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.