Cet article date de plus de dix ans.

Le handball, nouvelle passion des Qataris

Organisateur de la Coupe du Monde de handball en 2015, le Qatar investit massivement dans ce sport pour être à la hauteur de l'événement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
La joueuse qatarie Zayadien al-Naimi joue contre la Jordanie à Doha (Qatar), le 12 décembre 2011. (KARIM JAAFAR / AFP)

SPORTS - Après le foot, le Qatar fait une percée dans le handball. La nouvelle est passée quasi inaperçue dans le monde du sport professionnel et pourtant, cet été, les Qataris n'ont pas fait que recruter des stars internationales pour leur Paris Saint-Germain. Ils se sont aussi offert le club de handball de la capitale, le Paris Handball. Avec les mêmes ambitions que pour le PSG : "construire sur la durée une équipe de premier plan au niveau national et européen", ont annoncé les dirigeants du Qatar Sports Investments (QSI), la branche dédiée au sport du Fonds souverain qatari, dans un communiqué le 4 juin.

Comme pour le PSG, les Qataris reprennent un club qui ne brillait pas par ses résultats ces dernières années - le Paris Handball a été sauvé de la descente en 2e division cette saison lors de la dernière journée du championnat, en mai. Et, comme pour le PSG, ils font venir les meilleurs joueurs du monde pour renforcer les rangs de l'équipe parisienne. En six semaines, note L'Express, QSI a ainsi fait signer huit handballeurs, dont les internationaux français Abalo, Honrubia et Dinart, sacrés champions olympiques à Londres.

Gagner enfin le Super Globe grâce à des joueurs français

Le pays a par ailleurs des ambitions pour ses propres équipes. Comme il le fait depuis 2010, le Qatar organise à Doha, du 27 août au 1er septembre, le IHF Super Globe, la Coupe du monde des clubs de hand qui réunit les meilleures équipes de la planète. Mais cette fois, il a bien l'intention d'y briller.

Les Qataris rêvent d'offrir à leur public une compétition qui leur échappe depuis 2002 et la victoire du club d'Al-Sadd (l'une des deux équipes qataries qui prend part au tournoi). Alors, pour affronter les meilleurs handballeurs du monde, ils se sont tournés vers le championnat français en s'offrant le temps du Super Globe les services de huit joueurs du club de Montpellier (dont les champions olympiques Guigou, Karabatic et Accambray) et de son entraîneur, Patrice Canayer. Quand on sait qu'une équipe de hand se compose de sept titulaires, on imagine que le Al-Sadd du Super Globe devrait avoir des airs de Montpellier bis.

Nicolas Karabatic (G) et Nasser Al-Khelaifi lors de la remise du Prix de la  Personnalité Sport Business au siège de TF1, à Boulogne-Billancourt, le 9 février 2012. Le premier rejoint le club d'Al-Sadd pour le Super Globe tandis que le second est le nouveau propriétaire du Paris Handball. (ALEXANDER KLEIN / AFP)

 

Un choix sportif côté français ? Pas vraiment. D'ailleurs, le président du Montpellier handball, Rémi Lévy, le reconnaît lui-même sur HandNews.fr"Aujourd’hui, le club d’Al-Sadd propose une indemnisation intéressante en contrepartie de la venue de l’entraîneur et de huit joueurs de l’équipe. Le contexte économique général et le prestige de cette compétition nous ont amenés à réfléchir et à donner notre accord."

S'intéresser au handball en 2012 pour briller en 2015

Avec ces investissement faramineux, le Qatar affiche sa volonté de briller lors de la Coupe du Monde de handball en 2015, qu'il organise à Doha, et où il aimerait bien ne pas faire de la figuration. Or, le moins qu'on puisse dire, c'est que l'équipe nationale qatarie ne s'est pas vraiment distinguée par ses résultats ces dernières années. Echouant à se qualifier aux deux dernières Coupes du Monde (2009 et 2011), elle avait terminé 23e sur 24 en 2007. Aux championnats d'Asie, sa meilleure performance est une défaite en finale face au Koweit, en 2002. Depuis, la sélection nationale du Qatar a terminé 3e (2004, 2006) et 5e (2008, 2010) du tournoi. Quant aux Jeux olympiques, elle ne s'est tout simplement jamais qualifiée pour cette compétition.

Autant dire que pour ne pas être ridicule en 2015, le handball qatari a du pain sur la planche. Mais il semble s'être donné les moyens de ses ambitions. En plus des investissements en France, ses dirigeants ont commencé à approcher plusieurs joueurs européens pour les convaincre de rejoindre leur sélection nationale. Contrairement au foot, un joueur de hand n'est pas obligé de défendre les couleurs de sa nation : il suffit qu'il n'ait pas porté le maillot d'un pays pendant trois ans pour endosser celui de l'équipe de son choix. Le Danois Markussen ou le Serbe Vujin auraient ainsi été sondés pour devenir qataris le temps d'un été.

C'est peut-être également le Mondial 2015 qui explique le rachat du Paris Handball : avec un pied en Europe, les Qataris auront un œil sur les meilleurs joueurs et les meilleurs entraîneurs du Vieux Continent. Une source d'inspiration idéale pour préparer le grand rendez-vous à domicile.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.