Cet article date de plus de huit ans.

La skieuse Lindsey Vonn ne courra pas avec les hommes

La championne américaine voulait se mesurer aux skieurs lors de la descente de Lake Louise, au Canada. La fédération internationale de ski ne l'entend pas ainsi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La skieuse américaine Lindsey Vonn lors du slalom géant de Solden, en Autriche, le 27 octobre 2012. (SAMUEL KUBANI / AFP)

La Fédération internationale de ski (FIS) a refusé samedi à Lindsey Vonn de défier les hommes en Coupe du monde de ski alpin, lui proposant seulement de postuler à être ouvreuse lors de la descente masculine de Lake Louise (Canada) le 24 novembre.

"La Conseil de la FIS a confirmé qu'un skieur d'un sexe n'a pas le droit de participer à des courses de l'autre sexe, et il n'y aura pas d'exceptions faites aux règlements de la FIS", a expliqué la Fédération internationale dans un communiqué. "Nous l'invitons à envoyer une demande au comité d'organisation et au jury pour être ouvreuse." Une solution intermédiaire : les temps des ouvreurs sont souvent chronométrés, mais pas inclus dans le classement.

Un "coup marketing" avorté

Dans L'Equipe, Michel Vion, le président de la fédération française explique que "c'est un petit coup de marketing, de promotion personnelle. Ca n'est pas à la carte.(...) Je comprends que ça puisse être intéressant pour le public, maison est garants de l'institution. Si on dit oui, le système partira en sucette."

Quadruple vainqueur de la Coupe du monde de ski alpin (2008, 2009, 2010, 2012), Lindsey Vonn, poussée par son sponsor Red Bull, avait exprimé début octobre son souhait de participer à une descente chez les messieurs, privilégiant celle de Lake Louise.

En tant qu'ouvreuse, la reine de la vitesse pourrait éventuellement participer ensuite aux courses féminines de Lake Louise, programmées la semaine suivante sur la même piste, car elle n'aura pas participé officiellement à la descente messieurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.