Cet article date de plus de trois ans.

La Fifa valide l'utilisation de l'arbitrage vidéo pour le Mondial 2018

La Fédération internationale de football (Fifa) a validé le recours à l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) lors de la Coupe du monde en Russie (14 juin-15 juillet), a annoncé son président Gianni Infantino.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le siège de la Fifa (FABRICE COFFRINI / AFP)

"Nous allons avoir le premier Mondial, en 2018, avec la VAR, cela a été approuvé, décidé, nous sommes bien sûr très contents de cette décision", a-t-il déclaré à la presse à l'issue d'une réunion du conseil de la Fifa à Bogota, qui a confirmé le feu vert déjà donné le 3 mars à Zurich par le Board, l'organe garant des lois du jeu de la Fifa.

Véritable révolution technologique, la VAR porte uniquement sur quatre cas: valider ou non un but, attribuer ou non un carton rouge, analyser une action pouvant valoir penalty, et corriger une erreur d'identification d'un joueur sanctionné.  "La VAR est quelque chose de positif, qui apporte plus de transparence au football", avait déclaré mardi Infantino à Lima, où il se trouvait pour une autre réunion de la Fifa.

"L'arbitrage vidéo ne va pas être la solution à tout dans le football, ce que l'on veut faire avec la VAR c'est éviter les erreurs retentissantes des arbitres", avait ajouté ce fervent partisan de l'arbitrage vidéo après avoir longtemps été sceptique. Expérimentée depuis 2016 dans une vingtaine de fédérations et sur environ 1.000 matches, notamment dans les championnats d'Allemagne et d'Italie, la VAR divise encore largement les acteurs, les supporters et les amateurs. L'organisme mondial du football a par ailleurs désigné le Pérou comme pays-hôte du Mondial-2019 des moins de 17 ans, la Pologne devant accueillir celui des moins de 20 ans la même année.
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.