"L'idéal serait d'intégrer le top 3" : Daniel Ricciardo, le nouveau pilote de Renault en Formule 1, va faire ses débuts à Barcelone

Le pilote australien lance sa saison en Espagne avec une première scéance d'essais lundi sur le circuit catalan. 

Daniel Ricciardo lors d\'une scéance photo sous ses nouvelles couleurs, le 12 février 2019. 
Daniel Ricciardo lors d'une scéance photo sous ses nouvelles couleurs, le 12 février 2019.  (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

C'est la première séance d'essais de la saison de Formule 1 lundi 18 février en Catalogne et le circuit de Barcelone sera le théâtre d'un nouveau départ pour Renault. Le constructeur français de retour en Formule 1 depuis 2016 ambitionne de rivaliser avec les trois équipes du podium : Mercedes, Ferrari et Red Bull. Pour mettre toutes les chances de son côté, l'écurie française a engagé son premier "top pilote" : l'Australien Daniel Ricciardo.

Un nouveau pilote avec 29 podiums au compteur 

À 29 ans, Daniel Ricciardo compte 29 podiums, pour sept victoires en Grand Prix. Depuis l'école primaire et ses débuts en karting, il roule en s'amusant. Surnommé "Banana Dan", le pilote est effectivement connu pour son large sourire et sa bonne humeur. C'est sur ce garçon jovial en fin de contrat chez Red Bull que Renault a choisi de miser. "Rejoindre cette écurie pour lui donner une nouvelle dimension signifie beaucoup pour moi. L'idéal serait d'intégrer le top 3", explique le pilote australien.

Daniel Ricciardo relate que la perspective de travailler avec Alain Prost, quadruple champion du monde français et l’un des responsables de l’écurie Renault, a fait pencher la balance. "Il est resté passionné et compétiteurs et je suis vraiment content de me perfectionner auprès de monsieur Prost", assure l'Australien. 

Ce qui me rend très heureux, c'est d'avoir l'opportunité de travailler avec Alain Prost et d'écouter ses conseils, c'est une icône ! Je le respecte énormément, c'est un pilote de légende !Daniel Ricciardoà franceinfo

Renault sur une phase ascendante

La marque française qui a terminé quatrième au palmarès des constructeurs en 2018 entend poursuivre sa trajectoire explique Cyril Abiteboul, directeur général de Renault F1 Team : "Depuis notre retour en Formule 1 en tant qu'écurie complète en 2016, on cherche surtout à exécuter le plus correctement possible un plan qui a été défini. On veut s'attaquer à des mastodontes comme Mercedes, Ferrari ou Red Bull, mais on ne peut pas le faire sans un peu d'organisation", détaille-t-il.

Cependant, le directeur général de Renault F1 Team reconnait que "depuis 41 ans que l'on fait de la Formule 1, on n'a jamais réussi pleinement à avoir la place que l'on devrait avoir. Il y a plusieurs raisons à cela, déjà on est Français dans un univers très britannique. On est aussi un constructeur généraliste dans un univers de premium". Selon lui, Renault a "toujours bouleversé un petit peu ce système qui est très établi et protocolaire". 

Les gens nous voient toujours avec un mélange de respect et de méfiance, mais quand même aussi avec un peu d'hauteur de d'irrévérence, mais ça nous va bien, on est habitué à ça.Cyril Abiteboulà franceinfo

D'après Cyril Abiteboul, "c'est justement pour ça qu'il faut garder notre cap, notre sang-froid, la tête basse et être extrêmement concentré sur l'objectif final, y compris s'il est à moyen terme". Renault a investi plus de 50 millions d'euros pour rénover son usine anglaise d'Enstone. C'est sur ce site en pleine campagne qu'a été conçu son dernier bolide : la RS19 qui fera ses premiers tours de piste lundi à Barcelone. 

Les ambitions de Renault en Formule 1, par Cécilia Arbona
--'--
--'--