Cet article date de plus de quatre ans.

La boxe menacée d'être exclue lors des JO 2020 : "Ce serait une catastrophe", pour l'ex-entraîneur de l’équipe de France olympique

Dominique Nato, l’ancien entraîneur de l’équipe de France olympique, a réagi, dimanche sur franceinfo, aux propos du président du CIO Thomas Bach qui a annoncé se réserver "le droit de réexaminer la présence de la boxe" aux JO de 2020.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Deux boxeurs lors des Jeux olympiques de Rio, le 21 août 2016. (POOL / POOL)

Lors d'une conférence de presse tenue à Pyeongchang (Corée du Sud), dimanche 4 février, le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach a annoncé qu'il "se réserve le droit de réexaminer la présence de la boxe (...) aux Jeux olympiques" 2020 à Tokyo. Cela "serait une catastrophe pour notre discipline", a réagi, dimanche sur franceinfo, Dominique Nato, l’ancien entraineur de l’équipe de France olympique.

Une discipline "facile à mettre en place"

La boxe "est à l’origine un sport noble, qui est un des plus anciens au programme olympique et qui permet de manière universelle à tous les continents de participer aux Jeux dans une discipline facile à mettre en place", a rappelé Dominique Nato. Pour l'ex-entraîneur du champion olympique en 2000 Brahim Asloum, "tout cela nous amène vraiment au bord du gouffre et cela discrédite tous nos athlètes qui s’entraînent toute l’année et qui rêvent d’être médaillés olympiques. J’espère que ça ne restera qu’un coup de semonce et que l’on pourra trouver une solution".

Le CIO s’est dit "extrêmement inquiet" de la gouvernance de la Fédération internationale amateurs (AIBA) après l’élection à sa présidence d’un homme d’affaires ouzbek controversé. L'inquiétude se fait aussi ressentir en France où les boxeurs tricolores avaient ramené six médailles des JO de Rio dont celles en or d'Estelle Mossely et Tony Yoka.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.