Cet article date de plus de trois ans.

JO d'hiver 2018 : Papadakis perturbée par sa robe, un skieur français prié de rentrer à la maison... Ce qu'il ne fallait pas rater cette nuit à Pyeongchang

Gêné par la tenue de Gabriella Papadakis, le couple français a vécu un "cauchemar", dans la nuit de dimanche à lundi, lors du programme court en patinage artistique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le couple français Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron lors du programme court en patinage artistique, aux Jeux olympiques de Pyeongchang (Corée du Sud), le 19 février 2018.  (ALEXANDER VILF / SPUTNIK)

"Mon pire cauchemar est arrivé aux JO." Dans la zone mixte de la Gangneung Ice Arena, Gabriella Papadakis n'a pas pu retenir ses larmes, après avoir vu sa prestation en programme court perturbée par un problème de tour de cou. Si vous dormiez, voici ce que vous avez raté dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 février à Pyeongchang (Corée du Sud).

Le couple Cizeron-Papadakis gêné par un problème de robe

Pour son entrée en lice, les patineurs français ont dû faire face à un problème inattendu, cette nuit, lors de leur prestation dans le programme court. Tous les deux étaient sur la glace depuis moins de dix secondes lorsque le tour de cou de Gabriella Papadakis a lâché. Si, comme les téléspectateurs, vous n'avez rien vu, voici une séance de rattrapage.

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont finalement bouclé le programme court à la deuxième place, derrière leurs éternels rivaux canadiens Tessa Virtue et Scott Moir. A la sortie de la patinoire, le couple français avait des mots durs : "Nous sommes déçus, parce qu'on a été gênés par quelque chose qui n'est pas de notre contrôle." L'or olympique reste toujours à portée de main. Rendez-vous mardi 20 février pour le programme libre. 

Le curleur russe bel et bien contrôlé positif

Il n'y a plus de doute. Le curleur russe Alexander Krushelnitsky a officiellement été contrôlé positif. Dimanche soir, selon une source proche du dossier, le contrôle de l'échantillon A prélevé sur le sportif russe a révélé la présence de "meldonium". L'annonce du Tribunal arbitral du sport sous-entend que l'analyse de l'échantillon B a confirmé que le sportif, qui évolue sous l'étiquette des athlètes olympiques de Russie (OAR), a enfreint le règlement antidopage. Avec sa femme Anastasia Bryzgalova, il avait remporté la médaille de bronze du tournoi de curling mixte.

Le curleur russe Alexander Krushelnitsky lors de l'épreuve mixte aux Jeux olympiques de Pyeongchang (Corée du Sud), le 12 février 2018.  (CATHAL MCNAUGHTON / REUTERS)

Le curleur russe risque donc une suspension et la perte de la médaille gagnée avec son épouse. Ce nouveau cas, sur un sportif présenté comme propre, rend délicat la réintégration prochaine de la Russie. Le meldonium fait partie de la liste des produits dopants interdits depuis janvier 2016.

Un skieur français prié de rentrer chez lui

Mathieu Faivre regardera la fin des Jeux à la maison. Le skieur français, 7e du slalom géant olympique dimanche, a été prié de rentrer en France "pour raison disciplinaire". "Il a tenu après la course des propos qui ne sont pas dans l'esprit de l'équipe, et il n'est pas retenu pour l'épreuve par équipe", explique David Chastan, le directeur de l'équipe de France messieurs de ski alpin.

Déçu par sa course, le Français a été interrogé sur les bons résultats de l’équipe de France. Voici ce qu'il a alors répondu : "Si vous saviez ce que j’en ai à faire du tir groupé collectif… Je suis là pour ma pomme pour faire ma course."

Le skieur français Mathieu Faivre lors du slalom géant olympique, dimanche 18 février à Pyeongchang (Corée du Sud).  (MICHAEL KAPPELER / DPA / AFP)

Les risques du métier

Aimee Fuller ne verra pas la finale de Big Air. La snowboardeuse britannique a fait une chute malheureuse lors des qualifications. Elle s'en sort avec des contusions au visage, comme le montre la photo qu'elle a elle-même publiée sur Twitter.

Les risques du métier (bis)

Anaïs Caradeux, elle, s'est bien qualifiée pour la finale de halfpipe cette nuit. C'était pourtant mal parti après une chute dès le premier run, comme le montre cette photo.

Il y aura finalement deux Françaises en finale la nuit prochaine : Anaïs Caradeux, donc, et Marie Martinod.

La luge offre une illusion d'optique

Deux jambes, mais quatre bras. Promis, tout est bien normal sur cette photo du lugeur canadien Tristan Walker. En cachant parfaitement son binôme Justin Snith, il crée une illusion d'optique presque parfaite. Pour l'anecdote, ils ont terminé au cinquième rang en double de luge masculine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.