Cet article date de plus de quatre ans.

JO 2016 : médaillé d'argent, un athlète éthiopien proteste contre son gouvernement à l'arrivée du marathon

"Si je retourne en Ethiopie, peut-être qu'ils vont me tuer, ou me mettre en prison", craint désormais Feyisa Lilesa.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'Ethiopien Feyisa Lilesa franchit la ligne d'arrivée du marathon aux Jeux olympiques de Rio (Brésil), le 21 août 2016. (OLIVIER MORIN / AFP)

Après son geste, il dit désormais craindre pour sa vie. L'Ethiopien Feyisa Lilesa, médaillé d'argent du marathon des Jeux olympiques de Rio (Brésil), dimanche 21 août, a protesté contre la politique menée par son gouvernement à l'encontre d'une ethnie du pays.

A l'arrivée de l'épreuve, l'athlète a franchi la ligne avec les bras croisés au-dessus de sa tête, comme s'ils étaient ligotés. "J'ai fait ce geste contre l'attitude du gouvernement à l'égard des Oromos, a-t-il expliqué en conférence de presse. Depuis neuf mois, un millier de personnes ont été tuées."

"C'est très dangereux dans mon pays"

Les Oromos manifestent régulièrement depuis novembre 2015 contre un projet d'appropriation de terres, abandonné depuis. Plusieurs dizaines de manifestants ont notamment été tués les 7 et 8 août dans le sud de l'Ethiopie. D'autres protestations ont lieu dans le pays, remettant en cause le fonctionnement du fédéralisme ethnique, un modèle censé accorder une représentation et la possibilité de s'auto-administrer à la multitude d'ethnies qui composent l'Ethiopie.

J'ai des proches en prison au pays. Si vous parlez de démocratie, ils vous tuent. Si je retourne en Ethiopie, peut-être qu'ils vont me tuer, ou me mettre en prison.

Feyisa Lilesa

"C'est très dangereux dans mon pays, estime le sportif. Peut-être que je devrais aller dans un autre. Je manifestais pour tous les gens qui ne sont pas libres." Il envisage à présent de rester quelques temps au Brésil, en espérant obtenir plus tard un visa pour rejoindre le Kenya ou les Etats-Unis. Avant cela, il songe désormais à protester à nouveau à l'occasion de la remise de sa médaille, qui devrait avoir lieu à l'occasion de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.