EN IMAGES. Dopage, état du terrain, arbitrage : les meilleures excuses des mauvais perdants de Rio

Chez les athlètes battus, comme parfois chez leurs entraîneurs, la déception peut être difficile à encaisser.

Pas facile de garder la tête froide lorsque quatre années d'entraînement s'achèvent par une déception aux Jeux olympiques. Renaud Lavillenie, qui espérait conserver son titre lundi 15 août en saut à la perche, s'en est vertement pris aux sifflets lancés par le public après avoir décroché sa médaille d'argent. Le Français a toutefois eu l'élégance de saluer la performance du Brésilien Thiago Braz, médaillé d'or et auteur, selon lui, d'un "concours incroyable".

Tous n'ont pas eu son sang-froid. Francetv info fait le tour d'horizon des athlètes et des entraîneurs, parfois français, qui ont montré un visage de mauvais perdants pendant la compétition.

18
Kristina Mladenovic n'a pas attendu bien longtemps pour tirer à vue sur la Fédération française de tennis (FFT). La Française s'en est prise à l'organisation dès son élimination surprise au premier tour du double dames, samedi 6 août. Sur Twitter, elle a mis en cause la fédé : elle affirme qu'elle et sa partenaire du double n'ont pas été mises au courant qu'elles n'avaient pas le droit de jouer dans des tenues de couleurs différentes. MAXPPP
28
Après une défaite sur le fil face à la Russie (26-25) en phase de poules, lundi 8 août, la Française Allison Pineau a pointé du doigt la qualité des infrastructures de handball à Rio. "Il y a des lattes qui sont cassées, des trous des deux côtés du terrain. (...) C'est quand même inadmissible dans ce genre de compétition", a-t-elle fulminé. FRANCK FIFE / AFP
38
Le judoka français Pierre Duprat a eu beaucoup de mal à digérer son élimination face au Russe Denis Iartcev, lundi 8 août lors du 2e tour des -73 kilos, au terme d'un match qui s'est joué aux pénalités. "Je préfère perdre sur ippon que comme ça, que perdre par la décision de quelqu'un qui ne connaît rien au sport de haut niveau", a-t-il lâché, très remonté. TOSHIFUMI KITAMURA / AFP
48
Les Etats-Unis, triples tenants du titre olympique en football féminin, ne s'attendaient pas à être éliminés par la Suède dès les quarts de finale des Jeux. La gardienne américaine, Hope Solo, a eu la défaite amère. "Les Suédoises n'ont rien essayé, a-t-elle dit après la séance de tirs au but. Ce n'est pas la meilleure équipe qui a gagné. Je le pense fermement." ERICH SCHLEGEL / USA TODAY / SIPA
58
Après quelques années de vaches maigres, l'équipe britannique a fait une razzia sur les médailles en cyclisme sur piste. Et personne ne s'y attendait. Surtout pas Laurent Gané, coach de l'équipe française de vitesse. "Ce sont des équipes qui ne font rien d’extraordinaire pendant quatre ans et, arrivées aux Jeux, elles surclassent tout le monde", a-t-il soupiré après la troisième place décrochée par ses hommes, jeudi 11 août. "C’est la première fois que je vis les Jeux en tant qu’entraîneur, et je vois des choses…" LOIC VENANCE / AFP
68
"Ça me donne envie de vomir." Camille Lacourt, 5e de la finale olympique du 100 m dos, n'a vraiment pas apprécié de voir le Chinois Sun Yang, contrôlé positif en 2014, remporter l'or sur 200 m libre. "Sun Yang, il pisse violet !" s'est-il emporté après sa déception. ODD ANDERSEN / AFP
78
L'entraîneur iranien de l'équipe d'haltérophilie Sajjad Anoushiravani (à gauche) n'a pas eu peur de crier au complot, mardi 16 août. Après une première tentative infructueuse, son champion Behdad Salimikordasiabi (à droite) a réussi à soulever une barre à 245 kilos à l'épaulé-jeté. Homologuée par les juges, sa performance a ensuite été invalidée par le jury, qui a estimé que le bras gauche de l'Iranien n'était pas complètement tendu. MIKE GROLL / AP / SIPA
88
Il valait mieux ne pas croiser le chemin de Michael Conlan, mardi 16 août. Après sa défaite en quart de finale des -56 kilos face au Russe Vladimir Nikitin, l'Irlandais a conspué les arbitres. Selon lui, son adversaire lui-même était "complètement surpris" de la décision des juges. "Il a exulté comme s'il avait gagné la médaille d'or, vous pouviez voir à sa réaction qu'il ne pensait pas avoir gagné." Son coup de gueule n'était toutefois pas infondé : mardi, l'Association internationale de boxe amateur (AIBA), qui organise les tournois à Rio, a annoncé la mise à l'écart de plusieurs juges après d'autres décisions controversées. MAXPPP