Athlétisme : l'Américaine Allyson Felix critique Nike pour son attitude envers les athlètes enceintes

Elle a refusé de signer un contrat car l'équipementier ne voulait pas lui garantir l'absence de pénalités financières en cas de performances décevantes dans les mois qui ont suivi la naissance de sa fille.

Allyson Felix lors d\'une cérémonie de récompenses sportives, le 29 novembre 2017 à Westwood, en Californie (Etats-Unis).
Allyson Felix lors d'une cérémonie de récompenses sportives, le 29 novembre 2017 à Westwood, en Californie (Etats-Unis). (JOSH LEFKOWITZ / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

L'athlète américaine Allyson Felix a critiqué la marque Nike pour son attitude envers les sportives qui reprennent leur carrière après avoir donné naissance à un enfant. Dans une tribune publiée par le New York Times (en anglais), mercredi 22 mai, la star confirme les déclarations faites par ses compatriotes Alysia Montano et Kara Goucher dans un article publié récemment par le quotidien américain.

"Elles ont parlé de quelque chose que nous connaissons tous, nous les athlètes, mais que nous avions peur d'évoquer en public : si nous avons des enfants, nous risquons de voir nos contrats de partenariat revus à la baisse pendant la grossesse et après", regrette la sextuple championne olympique.

Cela montre une fois de plus que dans le secteur du sport, les règles sont écrites en grande partie par des hommes et pour les hommes.Allyson Felixdans le "New York Times"

"Je voulais établir un nouveau standard"

Allyson Felix, 33 ans, a donné naissance en novembre dernier à une petite fille, Camryn. L'Américaine a vu le montant de son contrat de sponsoring avec Nike réduit de 70%. "S'ils pensent que c'est ce que je vaux, je l'accepte", écrit-elle. Allyson Felix espère participer en 2020 aux Jeux olympiques de Tokyo, pour ses cinquièmes et probablement derniers JO.

Pourtant, elle a choisi de ne pas signer ce contrat car Nike a refusé de lui offrir la garantie qu'elle ne sera pas pénalisée financièrement si ses performances devaient être moins bonnes dans les mois qui ont suivi la naissance de sa fille. "Je voulais établir un nouveau standard", témoigne-t-elle.

Si moi, l'une des athlètes que Nike a mis le plus en avant, je n'y parviens pas, qui va y arriver ? Nike a dit non et depuis, il n'y a pas eu d'accord.Allyson Felixdans le "New York Times"

"Ce n'est pas seulement la question de la maternité qui est en jeu. (...) Il faut qu'on demande des comptes aux marques qui nous soutiennent quand elles se servent de notre image pour faire des campagnes à destination des prochaines générations de clientes et de sportives", conclut-elle.