Cet article date de plus de sept ans.

A onze jours de l'ouverture des JO, l'état du village olympique inquiète les premières délégations

Les Australiens, les Britanniques et les Brésiliens ont refusé d'emménager dans leurs installations, dimanche.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le village olympique le jour de son inauguration, dimanche 24 juillet 2016, à Rio de Janeiro (Brésil).  (XU ZIJIAN / NURPHOTO / AFP)

L'avancée des travaux pour les Jeux olympiques de Rio, qui s'ouvriront le vendredi 5 août, inquiétera jusqu'au bout. Mais cette fois, c'est le village olympique, où doivent loger les athlètes, qui pose problème. Dimanche 24 juillet, jour de son inauguration, certaines équipes nationales ont notamment refusé de s'y installer, craignant pour leur sécurité.

Si, à moins de deux semaines de la cérémonie d'ouverture, le lotissement construit ad hoc dans le pôle olympique de Barra da Tijuca a commencé à accueillir certains des quelque 10 500 sportifs – comme les Japonais – qu'il peut recevoir, d'autres nations déplorent des conditions d'hébergement inquiétantes. "Le village n'est tout simplement pas sûr et pas prêt", a déploré la délégation australienne, évoquant des "toilettes bloquées" ou "de l'eau qui coule du plafond et fait des flaques près de câbles et de fils".

500 ouvriers engagés pour réparer

Lors d'un test samedi soir, "de l'eau a coulé le long des murs, il y avait une forte odeur de gaz dans certains appartements et un court-circuit électrique", a précisé la cheffe de la délégation australienne, Kitty Chiller, dans son communiqué. "Notre bâtiment n'est pas habitable", a-t-elle martelé plus tard devant la presse. Kitty Chiller assure par ailleurs que les délégations britanniques, néo-zélandaise et d'autres ont connu les mêmes problèmes.

Kitty Chiller a fait part de son "espoir raisonnable" d'autoriser à nouveau les Australiens à résider dans le village dès "mercredi". Face aux critiques, le comité d'organisation a en effet engagé 500 ouvriers : elle leur a donné deux jours pour finir les travaux. Pour les organisateurs de l'événement, il s'agit de simples "ajustements" communs à toutes les olympiades.

"Il y a de la lumière, des lits, de la climatisation, mais il reste quelques détails à règler. Des détails de dernières minutes qui seront réglés cette semaine", a indiqué un membre de l'organisation à l'agence Reuters. "Le plus important, c'est [que les problèmes] soient résolus avant le début des compétitions, et ils le seront d'ici 48 heures maximum", a promis Janeth Arcain, ancienne basketteuse médaillée olympique et "maire" du village olympique.

Les Brésiliens encore à l'hôtel

Sur un ton plus diplomatique, l'équipe britannique, l'une des premières à s'installer dans le village il y a une semaine, a également rencontré "certaines difficultés de maintenance, ce qui est courant pour de nouvelles constructions". 

"Beaucoup de nos athlètes seront d'abord reçus dans notre base de préparation près de Belo Horizonte, pour leur acclimatation et leur entraînement", a dit à l'AFP un porte-parole de la "Team GB". Avant de préciser que c'était prévu ainsi de longue date, et que cela n'avait rien à voir avec les problèmes rencontrés.

Les Brésiliens eux-mêmes, dont les représentants de neuf disciplines devaient prendre leurs quartiers dimanche, ont préféré rester à l'hôtel en attendant les réparations.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.