Cet article date de plus de sept ans.

Jacques Dorfmann : "Une grande émotion"

Où étiez-vous le 5 juin 1983 ? Beaucoup se souviennent qu'ils ont passé leur dimanche après-midi à regarder la finale de Roland-Garros. Devant leur télévision ou aux abords du Court Central, les mains moites et la gorge serrée, ils ont vibré derrière un grand gaillard au charisme incroyable : Yannick Noah. En battant Mats Wilander 6-2, 7-5, 7-6, le Français atteint le sommet de sa carrière tennistique. Retour sur Noah 83 avec l'arbitre du match Jacques Dorfmann.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Près de 15.000 matches au compteur. Du haut de sa chaise, il en a vu des vertes et des pas mûres à une époque où les joueurs se permettaient des choses impensables aujourd'hui. Impassible, intransigeant, Jacques Dorfmann n'en était pas moins un arbitre respecté et réputé pour savoir faire triompher l'esprit à la règle. Indissociable du tennis des années 70-80, il est l'arbitre du combat entre Noah et Wilander. En toute impartialité évidemment. Pas son meilleur souvenir d'arbitre mais une très belle page dans l'album de sa carrière.

VIDEO : Jacques Dorfmann raconte Noah 83

Voir la vidéo DmCloud

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.