Handball : pour son dernier match en club, Nikola Karabatic finit en apothéose avec un titre de champion de France

Sous les couleurs du PSG, le meilleur joueur de l'histoire du handball français a remporté le 16e titre de champion de France de sa carrière pour son dernier match en club, vendredi.
Article rédigé par Hortense Leblanc - à Bercy
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 3 min
Nicolas Karabatic célébré par ses coéquipiers à l'issue de le dernier match de sa carrière en club, qui a offert le titre de champion de France au PSG, le 31 mai 2024. (JULIEN DE ROSA / AFP)

Un 865e et dernier match en club, pour un 16e titre de champion de France. Quelques kilomètres à l'est des 4 000 places du stade Pierre-de-Coubertin, où les handballeurs parisiens ont leurs habitudes, c'est à l'Accor Arena de Bercy que Nikola Karabatic a fêté son pot de départ en grande pompe, devant 14 840 spectateurs, record d'affluence du championnat de France. Contre Aix-en-Provence, vendredi 31 mai, la légende du handball a conclu sa carrière en club de la plus belle des manières, avec une victoire synonyme de 11e sacre pour le PSG (39-35), avant, peut-être, un dernier titre en Bleu cet été aux Jeux olympiques.

D'anciens coéquipiers comme Luc Abalo, des people comme Eve Gilles – Miss France 2024 – ou Pascal Obispo, mais surtout Novak Djokovic, dont il est fan… Tout un parterre de stars était présent à Bercy pour applaudir les dernières minutes de Nikola Karabatic dans le championnat de France. Comme un clin d'œil du destin, c'est face à Aix que l'arrière gauche a clos le chapitre en club de son immense carrière. C'est sous ces couleurs qu'il avait rebondi pour une pige de cinq mois après avoir trouvé un accord pour résilier son contrat avec Montpellier à la suite de l'affaire des paris truqués en 2013.

22 titres de champion national en 23 ans

Mais au moment d'entrer sur le terrain, Nikola Karabatic, qui s'efforce de mettre les émotions de côté quand il joue, y a-t-il pensé une seule seconde ? Acclamé par le public quand son numéro 44 a été annoncé par le speaker, le meilleur joueur de l'histoire du handball français a surtout pu apprécier un tifo à son effigie déployé par le Collectif Ultras Paris, accompagné d'une banderole "Karabatic The Legend". Main sur le cœur pour remercier ses supporters, l'arrière gauche, absent du 7 de départ, a regagné le banc pour assister aux premières minutes de la rencontre.

Entré en jeu à la 18e minute, sa première prise de balle offensive a immédiatement déclenché une ovation du public. C'est repositionné au poste d'arrière droit qu'il a inscrit son premier but, après 25 minutes et 52 secondes de jeu. Son unique but de la rencontre, le 1 816e de sa carrière en club, puisque son ultime jet de sept mètres, à 30 secondes de la fin du match, offert par ses coéquipiers, a été arrêté. Nikola Karabatic referme ainsi une page longue de vingt-trois ans depuis son premier match professionnel avec Montpellier à 17 ans, couronné d'un 22e titre de champion national (neuf avec Paris, sept avec Montpellier, quatre en Allemagne avec Kiel, deux en Espagne avec Barcelone).

"J'ai dépassé tous mes rêves"

Pour célébrer tous ses accomplissements, l’arrière gauche a été porté en triomphe par ses coéquipiers, avant de se muer en capo pour le Collectif Ultras Paris. Les festivités se sont poursuivies par la remise du trophée de champion de France à tout l’effectif et le staff, vêtus d’un maillot floqué au nom et au numéro de Nikola Karabatic. Son frère, Luka, capitaine, l’a laissé soulever le trophée, puis une cérémonie d’adieu lui a tiré les larmes. Dans une vidéo rassemblant certains des meilleurs joueurs de l’histoire du handball, dont Mikkel Hansen, Uwe Gensheimer, ou encore Jackson Richardson, tous se sont accordés sur un point : Nikola Karabatic est le meilleur d’entre eux.

Entouré par sa famille, le joueur de 40 ans, qui pense avoir "passé la date d’expiration" a ensuite pris la parole. "Je voulais juste être le meilleur joueur du monde et jouer avec l’équipe de France. Au final, j’ai dépassé tous mes rêves et aujourd’hui, je ne réalise même pas. Je veux aussi vous remercier parce que le handball est quand même un sport scolaire, et aujourd’hui j’ai eu l’impression d’être Novak Djokovic, une vraie star, a-t-il déclaré, les yeux humides. J’ai aussi battu un record avec mon 16e titre. C’est cool, parce que le sport, c’est aussi une histoire de records. J’ai fixé la barre haut et le prochain devra se lever le cul pour aller le dépasser." Tout en fixant son frère, Luka, qui en compte désormais 14, à 36 ans, et pourrait être le successeur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.