Euro de handball - Katty Piejos (vice-championne du monde en 2009) : "les jeunes m'ont bluffée"

Championne de Russie en 2014 avec Volgograd, l’ancienne ailière droite des Bleues (médaillée d’argent au Mondial 2009) Katty Piejos a suivi avec attention le choc du tour principal ce vendredi entre Françaises et Russes, conclu par un match nul (28-28). Et la Martiniquaise voit bien les championnes d’Europe 2018, toujours invaincues après cinq matches, conserver leur titre.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L’ancienne ailière droite des Bleues, Katty Piejos, ici à l'occasion de l'Euro 2010. (GORM KALLESTAD / SCANPIX NORWAY)

"On a assisté à un match vraiment très équilibré. Les deux équipes se sont vraiment tenues jusqu’à la fin. J’ai bien aimé les Françaises, même quand elles étaient menées. Elles n’ont jamais paniqué. Les petites jeunes m’ont vraiment bluffée : Océane Sercien-Ugolin, très efficace et décisive (à 5/5 au tir, 100% de réussit, ndlr), Pauletta Foppa, 'Air Caraïbes' Kanor... Elles n’avaient vraiment peur de rien ni de personne. On les a senties en confiance, très à l’aise face à l’armada russe qui comptait quand même des joueuses expérimentées comme Dmitrieva et Makeeva avec lesquelles j’ai joué ! Ces jeunes n’ont jamais baissé les bras. En comparaison, j’ai trouvé que les cadres auraient dû tenter plus, prendre davantage de tirs. Grace Zaadi en a pris quelques-uns mais pas assez à mon goût. Elle aurait dû continuer, Estelle Nze Minko aussi. Sur des matches comme ça il faut y aller, se lâcher."

"La blessure de Laura Flippes est la conséquence du calendrier"

"Pour la première fois depuis le début de l’Euro, j’ai aussi senti les Bleues parfois en difficulté en défense, notamment en début de match. Elles ne montaient pas assez et les Russes trouvaient des solutions assez facilement. Ça devenait compliqué derrière pour Amandine Leynaud et Laura Glauser. Mais je mets aussi ça sur le coup de l’enchaînement des matches qui n’est vraiment pas évident... La blessure de Laura Flippes est un coup dur. Surtout qu’elle venait tout juste de marquer le but qui donnait l’avantage aux Bleues pour la première fois du match. Olivier Krumbholz venait de la relancer intelligemment après un début compliqué pour elle... Pour moi, cette blessure est la conséquence de ce calendrier incompréhensible. Les deux matches contre l’Espagne et la Russie étaient trop proches dans le temps (moins de 24 heures, ndlr).

Après la grosse coupure due à la Covid-19, les instances auraient dû être beaucoup plus vigilantes par rapport à cet enchaînement de rencontres. On fait quand même du handball, un sport de contact et le corps est quand même très agressé. J’imagine que Blandine Dancette va être appelée pour la suite. Olivier Krumbholz a un bel effectif, beaucoup de solutions. Les trois jours de repos avant d’affronter la Suède mardi vont faire du bien aux filles et au staff je pense, parce que c’est beaucoup de pression depuis le début. Je suis confiante pour la dernière semaine. Si les filles restent solides en défense, comme elles l’ont été en début de deuxième mi-temps contre la Russie, elles peuvent voir très loin dans cet Euro."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Championnat d'Europe de handball

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.