Vainqueur du Masters d'Augusta, "Tiger Woods japonais" et déjà superstar, qui est Hideki Matsuyama ?

Premier Japonais à remporter le Masters d'Augusta, Hideki Matsuyama est devenu dimanche un héros national dans un pays féru de la petite balle blanche.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Le Japonais Hideki Matsuyama a remporté le Masters d'Augusta, dimanche 11 avril 2021, en Géorgie. (DAVID J. PHILLIP/AP/SIPA / SIPA)

Cela faisait 85 ans que le Japon attendait un tel exploit. Et Hideki Matsuyama l'a fait. Il est en effet devenu le premier Japonais à remporter le Masters d'Augusta, dimanche 11 avril en Géorgie, aux Etats-Unis. Depuis 1936, date de la première participation d'un Japonais à l'un des plus prestigieux tournois de la planète golf, le pays était dans l'attente d'un tel succès.

Hideki Matsuyama a ainsi concrétisé ce rêve, où ses compatriotes, Isao Aoki, Tommy Nakajima ou encore Shigeki Maruyama, tous des joueurs de classe mondiale produits par l'archipel, n'y sont jamais parvenus avant lui. "Je ne peux pas dire que je suis le plus grand. Cependant, je suis le premier à avoir remporté un Majeur. Et si c'est la barre, alors je l'ai placée", a répondu le joueur de 29 ans à la presse américaine lui demandant si son exploit faisait de lui le plus grand joueur nippon de l'histoire. Si Hideki Matsuyama préfère humblement assumer un statut de pionnier, ce succès reste unique à plus d'un titre. Non seulement cette sixième victoire sur le circuit PGA américain – la première depuis plus de quatre ans – va marquer un tournant dans sa carrière (il compte également deux victoires dans des tournois des championnats du monde WGC), mais elle lui permet aussi d'égaler le nombre de victoires cumulées par tous les autres joueurs japonais outre-Atlantique. 

"Matsuyama ouvre les portes de l'Histoire"

Tout le pays a salué la victoire historique de Hideki Matsuyama, des chaînes de télévision au Premier ministre, qui y voit une "grande réussite" en pleine pandémie. "Matsuyama ouvre les portes de l'Histoire", a quant à lui claironné le journal Asahi

Déjà considéré comme une star au Japon, son sacre l'a fait passer dans une autre dimension, ce que n'a pas manqué de souligner Tiger Woods sur Twitter. "Tu rends le Japon fier, Hideki. Félicitations pour cet énorme accomplissement pour toi et ton pays. Cette victoire historique au Masters aura un impact sur le monde du golf dans son ensemble", a félicité le grand absent de cette édition.

Dans un cercle de légendes à Augusta

En 1997, Tiger Woods, alors âgé de 21 ans, avait enthousiasmé l'Amérique, suscitant une "Tiger-mania", qui donna envie à plus d'une génération de jeunes, de tous milieux et de toutes origines, de suivre sa voie. Né à... Matsuyama (au sud de l'archipel) le 25 février 1992, Hideki Matsuyama a, comme son glorieux aîné, tapé ses premières balles dès son plus jeune âge, à 4 ans (Woods en avait 2), et il a évidemment été biberonné aux exploits de l'homme aux 15 Majeurs. Son père aussi lui a enseigné ce sport, allant même jusqu'à lui faire changer d'école pour stimuler son jeu.

En 2011, il écrit le premier chapitre d'une histoire heureuse avec le Masters d'Augusta en devenant le premier amateur japonais à y prendre part et le seul à y passer le cut. Sa 27e place lui permet de remporter la Coupe d'Argent, décernée au meilleur non professionnel en lice. Numéro un mondial amateur en 2012, il est passé professionnel l'année suivante. Dimanche, il est entré dans un cercle très fermé, celui des joueurs qui ont réussi à se distinguer comme meilleur amateur à Augusta avant de s'imposer par la suite. Avant lui, ils étaient six à l'avoir fait, dont quelques légendes du jeu : Jack Nicklaus, Ben Crenshaw, Cary Middlecoff, Phil Mickelson, Tiger Woods et Sergio Garcia.

Souvent placé avant d'être sacré

Son ascension a été discrète mais fulgurante ces dernières années et Hideki Matsuyama avait déjà tourné plusieurs fois autour du sacre dans les Majeurs : d'abord sixième du British Open en 2013, puis cinquième au Masters en 2015, quatrième de l'USPGA en 2016 et enfin deuxième de l'US Open 2017. Cette année là, grâce à ses deux dernières victoires en tournoi (avant celle de dimanche), il avait même atteint le 2e rang mondial.

L'effervescence au Japon n'est pas prête de redescendre. Ce pays, qui comptait 17 millions de licenciés en 2016 pour 2500 parcours, soit deux fois plus que n’importe quel Etat américain, tient désormais sa star internationale et se prend sûrement à rêver d'or olympique, à trois mois et demi du tournoi des JO de Tokyo. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.