Gérald Darmanin tacle Griezmann, Mbappé et leur "dignité sélective"

Après la très violente interpellation du producteur de musique Michel Zecler le 21 novembre à Paris, Antoine Griezmann, Kylian Mbappé ou encore Rudy Gobert avaient dénoncé les violences policières sur les réseaux sociaux. Invité ce matin de RTL, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin leur a répondu, regrettant leur « dignité sélective ».
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Antoine Griezmann et Kylian Mbappé se sont indignés contre les violences policières (BERTRAND GUAY / AFP)

Antoine Griezmann disait avoir "mal à (sa) France", Kylian Mbappé dénonçait des violences  "inadmissibles". Après le passage à tabac d’un producteur de musique noir par des policiers à Paris, plusieurs sportifs français s’étaient insurgés sur les réseaux sociaux, appelant à continuer à filmer les violences policières, en plein débat sur la loi « sécurité globale ». Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, leur avait déjà répondu dans la semaine, confiant au Parisien "avoir eu mal à (s)a France en n'entendant aucune réaction de footballeurs millionnaires au sujet des 98 policiers blessés samedi".

Interrogé sur RTL ce jeudi matin sur les réactions des sportifs, il a une nouvelle fois sorti les crampons : "Je trouve que certains ont la dignité sélective". Selon Gérald Darmanin, "on peut aussi être blessé lorsqu’on voit qu’une commissaire de police doit désormais avoir une attelle en fer à la place de son bras parce qu’elle prend un pavé alors qu’elle essayait de secourir des personnes, ou qu’un major de 50 ans a été roué de coups, par terre, et qu’autour de lui, au lieu de lui porter secours, on sort son téléphone et on filme". Un partout, la balle au centre ?

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.