Cet article date de plus de quatre ans.

France-Galles : une plainte pour "mauvaise conduite" déposée contre Yoann Maestri

Une plainte pour mauvaise conduite a été déposée à l'encontre du deuxième ligne du XV de France, Yoann Maestri, après ses critiques contre l'arbitrage à l'issue du match contre le pays de Galles samedi dernier, a annoncé vendredi le comité du Tournoi des six nations. Maestri avait déclaré ressentir "un peu de dégoût d'avoir été arbitré de cette façon jusqu'à la fin" en référence à l'arbitrage de Wayne Barnes.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le deuxième-ligne du XV de France, Yoann Maestri, a vécu une fin de match compliquée avec le corps arbitral lors de la victoire contre le pays de Galles (20-18).

L'arbitre anglais n'a pas accordé d'essai de pénalité aux Bleus, pourtant largement dominateurs sur une succession de mêlées fermées à cinq mètres de l'en-but gallois au cours des vingt minutes jouées au-delà du temps réglementaire.
Yoann Maestri sera entendu prochainement en commission de discipline, a précisé le comité, qui par ailleurs "poursuit ses investigations au sujet des remplacements effectués dans les dernières minutes" de ce match, finalement remporté par le XV de France (20-18) grâce à un essai de Damien Chouly après vingt minutes de temps additionnel.

Le pays de Galles toujours amer envers le staff des Bleus

Le sélectionneur par intérim du pays de Galles, Rob Howley, avait mis en doute après la rencontre "l'intégrité de l'encadrement" des Bleus, soupçonné d'avoir maquillé un protocole commotion pour faire entrer à la 80e minute le pilier droit Rabah Slimani à la place de Uini Atonio, en difficulté en mêlée fermée. Enfin, aucune sanction n'a été prise à l'encontre de l'ailier du XV de France Virimi Vakatawa, qui avait reçu un avertissement de la part du commissaire à la citation après avoir écopé d'un carton jaune et été soupçonné d'un plaquage haut lors de ce même match.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.