Football : Paul Pogba le médiateur, Daniel Maldini en fils prodigue, Ansu Fati revient de loin... Ce qu'il faut retenir du week-end européen

Tour d'horizon de ce qu'il ne fallait absolument pas manquer dans ce riche week-end européen de football.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Daniel Maldini, Paul Pogba et Ansu Fati ont été des acteurs importants des championnats européens de football ce week-end.  (AFP)

Le week-end a été chargé dans les stades du Vieux continent. Entre le premier but de Daniel Maldini en Serie A, le doublé de Christopher Nkunku, le rôle de médiateur joué par Paul Pogba et le retour d'Ansu Fati, les histoires n'ont pas manqué. C'est l'heure de votre tour d'Europe.

Maldini, au nom du père

La légende se perpétue à l'AC Milan au sein de la dynastie des Maldini. Daniel, petit-fils de Cesare et fils de Paolo, deux grands noms du club, a marqué à 19 ans son premier but avec l'équipe première des Rossoneri à l'occasion de sa première titularisation en championnat, samedi à la Spezia.

En début de seconde période, floqué avec le numéro 27 de Milan, le jeune milieu a surgi pour ouvrir la marque de la tête sur un centre du latéral droit français Pierre Kalulu. Un but qui intervient 13 ans après le dernier marqué par Paolo Maldini en Serie A, en mars 2008. 

Pour rappel, l'actuel directeur sportif de 53 ans a joué plus de 900 matchs, toutes compétitions confondues, avec le club lombard, où il a disputé l'intégralité de sa carrière. Il a notamment remporté cinq Ligues des champions et sept titres de champions d'Italie. Son père, Cesare Maldini, décédé en 2016, a fait l'essentiel de sa carrière à Milan, dont il a porté les couleurs de 1954 à 1966. Il a été sacré quatre fois champion d'Italie avec les Rossoneri et a soulevé la première des sept C1 remportées par le club, en 1963.

Nkunku voit double

Il est tout simplement inarrêtable depuis le début de saison. Acheté pour une bouchée de pain, ou presque, au PSG il y a désormais deux ans (13 millions d'euros), Christopher Nkunku s'éclate avec le RB Leipzig. Après un triplé initial en Ligue des champions face à Manchester City, malgré une défaite lourde pour les Allemands, le milieu polyvalent français a encore brillé ce week-end. Face au Hertha Berlin, il a signé un doublé et délivré une passe décisive en 74 minutes pour une très large victoire (6-0). 

Christopher Nkunku s'est offert un doublé face au Hertha Berlin.  (ROBERT MICHAEL / DPA-ZENTRALBILD)

Alors qu'il devrait retrouver le PSG dans les prochaines semaines en C1, le titi parisien a encore quelques rencontres pour aiguiser ses armes afin de briller face à son club formateur. 

Pogba, le médiateur

C'est l'un des aléas lorsqu'on a une pléiade de stars dans son équipe. Quand il s'agit de tirer des penalties, l'ego peut parfois prendre le dessus. Face à Aston Villa, Bruno Fernandes en a fait l'expérience. Malgré ses qualités de tireur, Cristiano Ronaldo ne s'est pas vraiment posé la question au moment où les Mancuniens ont obtenu l'occasion d'égaliser face aux Villans.

Chambré par le gardien adverse, l'ailier portugais est venu pour s'emparer de la balle mais Paul Pogba lui a intimé de reculer afin de ne pas créer d'incident diplomatique entre deux compatriotes. Un petit coup de pression qui a finalement eu un effet positif pour Aston Villa, Fernandes manquant son penalty. Et donc l'égalisation. Pour une défaite finale sur le score d'un but à zéro. 

Ansu Fati, le retour du prodige

Il n'avait plus foulé les pelouses de Liga depuis novembre 2020. Un peu moins d'un an après, le grand espoir barcelonais a fait son retour sous le maillot blaugrana sous l'ovation du Camp Nou. Sans son messie, Lionel de son prénom, et alors que l'équipe est plus que jamais en désuétude, l'ailier espagnol porte beaucoup d'espoirs sur ces jeunes épaules (18 ans).

Qu'on se rassure cependant, Ansu Fati n'a pas encore perdu ses dons. Auteur du dernier but de la rencontre après être rentré dix minutes plus tôt, il a conclu un bel enchaînement en dehors de la surface pour son premier but. Le tout avec le numéro dix sur le dos. D'un certain Lionel Messi. 

Un sauveur nommé Jesus

Depuis le départ de Sergio Agüero et l'arrivée de Jack Grealish, l'éternelle question du numéro 9 à Manchester City se pose. Pas toujours aligné, parfois préféré au nouvel arrivant anglais, Gabriel Jesus a certainement gagné des points ce week-end face à Chelsea. Dans le choc de cette journée, l'attaquant brésilien était aligné sur l'aile droite, mais il s'en est finalement mieux porté.

Plus libre de ses mouvements, il a été particulièrement remuant et a finalement été récompensé pour ses efforts en deuxième période à la suite d'un corner en effectuant un bel enchaînement en pivot pour tromper Edouard Mendy. Un but précieux puisqu'il permet d'apporter à son équipe les trois points de la victoire. Et de passer devant Chelsea au classement pour figurer au 2e rang, à un point de Liverpool. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.