Cet article date de plus de six ans.

Un Américain rachète le club de football du Havre

L’homme d’affaire américain, Vincent Volpe, s’apprête à devenir actionnaire majoritaire du club de football du Havre. Une annonce qui permet à ce dernier de tourner la page du projet avorté présenté l’été dernier par l’homme d’affaire Christophe Maillol.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le club de football du Havre est en passe d'être racheté par Vincent Volpe, un homme d'affaire américain © MaxPPP)

L’homme d’affaire américain, Vincent Volpe, 56 ans, va devenir actionnaire majoritaire du Havre Athletic Club, l’équipe de football de la ville. L’entrepreneur devrait investir 10 millions d’euros, à titre privé, dans le cadre d’une augmentation de capitale ce qui lui permettra de contrôler le club à 90% selon la presse locale.

"Le projet permettra au HAC de construire un effectif stable et solide avec pour l'objectif de hisser le club en Ligue 1 le plus rapidement possible, et de s'y installer", a déclaré un porte-parole du club dans un communiqué. Le projet doit encore être soumis à l'approbation des autres aux actionnaires du club.

Le rocambolesque projet Maillol

Cette annonce d'un nouveau va permettre aux "Ciel et marine" de définitivement tourner la page du projet présenté l'été dernier par le mystérieux homme d'affaire Christophe Maillol. Ce dernier avait promis monts et merveilles pendant des mois. Au terme de multiples annonces celui qui prétendait vouloir investir 20 millions d'euros au Havre Athletic Club n'a jamais été capable de réunir les garanties et les sommes promises, malgré l'appui d'un ancien ministre sarkozyste, Eric Besson. Le président du club, Jean-Pierre Louvel, avait d'ailleur dù s'en expliquer auprès de la Direction Nationale du Contrôle de Gestion (DNCG) qui le soupçonnait d'avoir présenté des faux documents lors de l'audition. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.